Samaritaine : rappel de l’affaire et interview de SOS Paris par l’AFP

 

… et son commentaire cité par Le Figaro

Article mis à jour le 13/04/2014 à 17h

Détail de la décoration du magasin 3 de la Samaritaine (sous la marquise), rue de Rivoli à Paris. © O.Taris

Détail de la décoration Art Déco du magasin 3 de la Samaritaine (sous la marquise), rue de Rivoli à Paris. © O.Taris

Le Tribunal administratif de Paris a décidé, le 11/04/2014, le report de la séance au 29 avril, à 16h, à cause de la complexité du dossier de la Samaritaine, et afin de pouvoir réunir tous les magistrats. Notre association, via notre compte Twitter a regretté que «cela laisse le temps aux démolisseurs de continuer tranquillement», message repris dans l’article que Le Figaro a consacré à l’affaire :

http://www.lefigaro.fr/culture/2014/04/11/03004-20140411ARTFIG00360-samaritaine-la-justice-valide-l-un-des-permis-de-construire.php#xtor=AL-155

 

Projet de rénovation de La Samaritaine

Le coeur de Paris doit-il être « modernisé », c’est-à-dire détruit comme au temps des folles démolitions des années 60 ? Ou préservé comme bien collectif et précieux, patrimoine mondial de l’humanité ? Pérenniser le coeur de Paris sans le sanctuariser, c’est puiser dans son harmonie pour enchanter le présent et le futur par de nouveaux et heureux usages, gages de la richesse et de l’avenir de Paris. D’ailleurs la modernité qu’est-ce que c’est ? Si ce ne sont que des cubes de béton, en voulons-nous ? Et si la modernité de Paris c’était tout simplement son harmonie et sa beauté offerte à tous regards... C.N.

L’AFP a interviewé plusieurs personnalités au sujet de la Samaritaine, dont le président de SOS Paris Olivier de Monicault dans un article qu’elle publie aujourd’hui

La façade du magasin 2, rue de la Monnaie © O.Taris

La façade Art Déco du magasin 2, rue de la Monnaie (démoli) © O.Taris

Polémique sur la démolition de La Samaritaine au coeur du Paris historique

Pour lire l’article sur le site de lAFP, cliquez ici.

L’homme le plus riche de France, Bernard Arnault, face aux défenseurs du patrimoine: la justice décide vendredi si la démolition d’immeubles du grand magasin La Samaritaine, datant de 1852, peut se poursuivre, au coeur du vieux Paris.

Le magasin 1 rue du Pont Neuf. © O.Taris

Le magasin 1 rue du Pont Neuf. © O.Taris

« On ne pouvait pas garder ces façades », explique à l’AFP la directrice générale de La Samaritaine, Marie-Line Antonios, en dévoilant la maquette mobile du nouveau projet: des commerces, un hôtel de luxe, des bureaux, des logements sociaux, une crèche, alors que des bulldozers achèvent la démolition de trois des quatre bâtiments anciens.

Le groupe de luxe LVMH, propriété de Bernard Arnault, a acquis ce grand magasin, fondé en 1870 par Ernest Cognacq, pour le rénover entièrement: 460 millions d’euros d’investissement, 2.100 emplois créés.

Mais aussi, en pleine rue de Rivoli, ces démolitions controversées et une structure métallique neuve, habillée d’une façade de verre ondulée et sérigraphiée, conçue par l’agence japonaise Sanaa.

Zollverein Kubus (formerly Zollverein School of Management and Design), Zeche Zollverein, Essen, Germany designed by SANAA (Kazuyo Sejima and Ryue Nishizawa)

Un exemple de projet conçu par Sanaa : Zollverein Kubus (anciennement Zollverein School of Management and Design), Zeche Zollverein, Essen, Allemagne,
designed by SANAA (Kazuyo Sejima and Ryue Nishizawa)

Ce qui a poussé deux associations, la Société pour la protection des paysages et de l’esthétique de la France (SPPEF) et SOS Paris, à attaquer le projet en justice et la Commission du Vieux Paris à donner un avis défavorable.

La décision attendue vendredi, même si elle devait suspendre les travaux, arriverait trop tard, sauf pour le dernier des immeubles, qui accueille la « Maison du Projet » où la maquette est désormais exposée.

« Nous allons nous battre pour cet immeuble », dit à l’AFP Julien Lacaze, 38 ans, vice-président de la SPPEF montrant, derrière le va-et-vient des pelles mécaniques, le coin de rue destiné à disparaître.

Vue de la rue Baillet, des magasins 4 (à gauche) et 2 (à droite) de la Samaritaine et au fond, la rue de la Monnaie à Paris. © O.Taris

Vue de la rue Baillet, des magasins 4 (à gauche) et 2 (à droite) de la Samaritaine et au fond, la rue de la Monnaie à Paris. (Démoli) © O.Taris

L’une des pelles déplace une poutre ancienne, énorme, qui vient d’être extraite des décombres. « Elle date de 1725 », explique le responsable de la SPPEF: l’année du mariage de Louis XV avec Marie Leczinska.

La « Maison du Projet » est couverte de slogans: « Paris n’est pas un musée et a besoin de se renouveler », peut-on lire. Mais dans le Livre d’or, un visiteur se plaint de « la destruction d’éléments du passé » et un autre dénonce des démolitions de grande ampleur dans un quartier qui est « l’âme de Paris ».

Travaux de démolition de la Samaritaine, 06/02/2014. ©Photo Harold Hyman

Travaux de démolition de la Samaritaine, 06/02/2014. ©Photo Harold Hyman

– ‘Dynamique urbaine de Paris’ –

Témoins de l’entrée, le 2 décembre 1852, de Louis-Napoléon Bonaparte à Paris, ces façades « pré-haussmanniennes » sont rares, selon les associations: elles précèdent les grands travaux confiés en 1853 par l’Empereur au baron Haussmann.

Elles marquent aussi une transition entre la partie occidentale de la rue de Rivoli, de la place de la Concorde au Musée du Louvre, percée de 1806 à 1835, et la partie occidentale, percée sous le Second Empire.

Le magasin 1, rue du Pont Neuf, vu depuis la rue de Rivoli. © O.Taris

Le magasin 1, rue du Pont Neuf, vu depuis la rue de Rivoli. © O.Taris

Mais le débat porte surtout sur l’impact du projet sur la rue de Rivoli.

« Ca va être une sorte de cube blanc avec une façade ondulée, alors que nous avons partout des façades droites », dit Olivier de Monicault, 78 ans, président de SOS Paris. « On ne protège plus des monuments mais des ensembles », fait-il valoir.

Marie-Line Antonios assure que la nouvelle façade « va se fondre dans le paysage », selon elle assez « hétérogène » de cette partie de la rue. « L’idée c’est de recréer le quartier », dit-elle.

640px-05SamaritaineMagasin1

Détail de la façade Art Déco du magasin 1 rue du Pont-Neuf, à l’angle de la rue de Rivoli. (Bâtiment, classé, conservé, mais à « rénover ») © O.Taris.

Pour Claude Praliaud, 47 ans, directeur de l’Urbanisme de la Ville de Paris, dont le bureau domine le centre historique de la capitale, « cette opération est le reflet de la dynamique urbaine de Paris ». « Au XXIe siècle, on va pouvoir apporter, nous aussi, notre touche de modernité, ce qui peut passer parfois par des démolitions », explique-t-il.

La maire de Paris doit composer désormais avec les Verts, ses nouveaux alliés. « Cela nous donne des responsabilités et notamment faire en sorte que le patrimoine parisien soit respecté, que les groupes financiers, aussi prestigieux et puissants soient-ils, n’aient pas tous les droits », dit à l’AFP Jacques Boutault (Europe Ecologie Les Verts), maire du deuxième arrondissement de Paris, voisin de La Samaritaine.

Dans l’entourage de la maire de Paris, Anne Hidalgo, qui soutient depuis le début le projet de LVMH, « on attend avec sérénité le jugement ». Si les démolitions sont suspendues, explique-t-on, « ce sera pour un motif de pure procédure ».

__________

Les images du projet LVMH (comme celle publiée ici dans 20 minutes) sont protégées par le droit d’auteur et ne peuvent être publiées ici. Vous pouvez néanmoins en voir plusieurs sur le site de l’agence Maison Edouard François :

http://www.edouardfrancois.com/fr/projets/hotels-resorts/details/article/145/samaritainebr-cheval-blancbr-lvmh/#.U0a9rEbCRIA

Il s’agit du projet de l’hôtel Cheval Blanc, « vaisseau amiral » d’une chaîne hôtelière du groupe LVMH, logé dans le bâtiment dit « Sauvage » pour devenir la figure de proue de l’ensemble des bâtiments Jourdain et Rivoli dessinés par Sanaa et dédiés aux commerces, bureaux, logements sociaux, crèche. Pour l’agence, « ce projet fait entrer la Samaritaine de plain-pied dans le 21e siècle ». Pour nombre de parisiens, (combien ? posez donc la question !), comme des associations,  cette affirmation n’est qu’un argument de marketing dénué de sens : saccager, ce n’est pas innover ! 
****
****

%d blogueurs aiment cette page :