Archive for novembre, 2014

24/11/2014

Au-delà de la Tour Triangle à Paris, un débat sur la métropole durable de demain

Article publié sur le site de « La Gazette des communes »

(avec l’AFP)

Avec les commentaires de Thierry Paquot, Jérôme Dubois, Serge Salat.

Pour lire l’article cliquez ici 

Extraits :  « (…) Le rejet du projet controversé de tour Triangle, à Paris, relance le débat sur la métropole durable du XXIe siècle. (…) « La discussion qui a lieu à Paris se retrouve partout dans le monde parce qu’elle est liée à la façon de penser le futur des grandes villes », explique à l’AFP, Jérôme Dubois, professeur d’urbanisme à l’université d’Aix-Marseille. »

(…) « Contrairement aux apparences, la densité de la ville verticale n’est donc pas supérieure à celle de la cité horizontale, les règles d’urbanisme imposant que les tours soient suffisamment espacées, notamment pour des raisons de luminosité. « Du coup, entre deux tours on implante un parc fermé, pas toujours bien entretenu, qui oblige le piéton à parcourir de grandes distances pour rétablir une continuité avec la rue, les façades, les boutiques », analyse le philosophe spécialiste de la ville, Thierry Paquot. Pour lui, « la tour annonce alors la mort de la ville et elle y contribue »

(…) « Le coût énergétique pour produire les matériaux de construction, les aciers, les vitrages ultra sophistiqués concourent à rendre le modèle écologiquement discutable« , dit-il à l’AFP. Une fois érigées, les tours s’avèrent énergivores. D’autant qu’en termes d’infrastructures routières, de transports ou de réseau de distribution d’eau potable, « la facture énergétique est divisée par trois lorsque la densité de population est multiplié d’autant« , explique à l’AFP l’architecte et urbaniste Serge Salat. (…) Il voit là un argument supplémentaire en faveur de la ville compacte, dont Paris est l’illustration. Argument auquel on peut ajouter la préservation du lien social et de la qualité de vie que favorise la ville horizontale.  (…)

Pour lire l’article cliquez ici 

Publicités
20/11/2014

Le nouveau numéro du bulletin de SOS Paris est sorti

Le bulletin N° 92 de SOS Paris vient de paraître et nos abonnés le reçoivent par la poste. Il est également disponible à notre secrétariat (103, rue de Vaugirard, 75006 Paris).

En couverture, on trouvera l’éditorial d’Olivier de Monicault : « Quel avenir pour la Commission du Vieux Paris ».  Nous avons le plaisir d’annoncer aussi l’article « SOS Paris; 40 ans de combats » écrit par Louis Goupy publié dans ce numéro.

La version électronique du bulletin est à télécharger au format PDF  ICI 

 

Couv sosp n°92

En adhérant à SOS Paris, vous recevrez le bulletin à chaque parution, et vous profitez des tarifs 2014.

Inscriptions en ligne ou par courrier.  Voir ADHÉSION

20/11/2014

Un Viollet-le-Duc contemporain pourrait-il construire la Tour Triangle?

 

Notre-Dame sous une cloche imaginaire pour la conserver. Photo Harold Hyman

Notre-Dame sous une cloche imaginaire pour la conserver.

Par Harold Hyman

 

Pour le Huffingont Post

19/11/2014

Extraits :

(…) Comment, et quoi, construire dans Paris ? Eugène Viollet-le-Duc, 1814-1879, architecte éduqué par des membres de sa famille d’architectes, est lancé par Prosper Mérimée qui lui demande des restaurations dès les années 1840, à l’époque où Louis-Philippe, et bientôt Napoléon III, réconcilient les Français avec les structures si méprisées, et souvent saccagées quand ce n’était pas détruites, sous la Révolution.

(…)

Pour lier l’époque de Viollet-le-Duc à l’époque actuelle, une exposition connexe a été inaugurée ce 18 novembre, également à la Cité de l’Architecture : « Revoir Paris », une œuvre de talent de deux spécialistes des mondes imaginaires de la bande dessinée, François Schuiten et Benoît Peeters qui présentent « des tracés d’Haussmann aux projets du Grand Paris, en passant par les utopies de Robida et de Perret, ou les projets de Le Corbusier ou Jean Nouvel », en leur propres termes Futurisme et post-modernisme donc, qui font passer Viollet-le-Duc pour un simple restaurateur de talent engagé dans une voie de garage architectural, tellement il aurait raté l’émergence des utopies post-haussmanniennes.

(…)

Alors pourquoi réhabiliterait-on aujourd’hui Viollet-le-Duc, en supposant qu’il aurait opté pour la conservation de l’allure passéiste de Paris, alors même que l’on admirerait la Tour Triangle des architectes Herzog et De Meuron ? Être à la fois enthousiasmé par un chantre de la restauration du passé et un chantre de l’architecture contemporaine est presque schizophrène : aller de l’exposition de Viollet-le-Duc à la Cité de l’Architecture et du Patrimoine à l’exposition connexe « Revoir Paris », qui montre les utopies futuristes sur Paris, puis se transporter au Pavillon de l’Arsenal, où a lieu l’exposition de cette célèbre Tour Triangle, de 180 m de haut avec 50 étages !

(…)

Et donc Viollet-le-Duc aurait bien été obligé de rejeter le voyeurisme patent de l’esprit des gratte-ciel. La Tour Eiffel, par sa singularité et son caractère de charpente gracile eût sans doute été tolérable, mais l’essaimage de quartiers comme Beaugrenelle, d’immeubles comme la Tour Montparnasse, et des tours de 20-30 étages dans le 20e et le 13e — cela ne l’aurait guère ravi. Et la question se pose maintenant: que construirait un nouveau Viollet-le-Duc? Certainement pas la Tour Triangle. Il nous aurait sans doute reconstitué les Halles….

Lire l’article …

_______________________

Expositions : « Viollet-le-Duc, les visions d’un architecte » et « Revoir Paris, François Schuiten et Benoît Peeters » à la Cité de l’Architecture et du Patrimoine (Cité Chaillot) du 20 novembre 2014 au 9 mars 2015.