À propos de La Samaritaine

Nous avons le plaisir de publier le texte de l’architecte Luc Dupont « La destruction de la ville – À propos de La Samaritaine« , que vous retrouverez dans son intégralité sur ce lien :
http://wp.me/P2z3lR-xP

En voici quelques extraits :

 » (…) Quelle raison aurions-nous alors d’effacer le travail de nos prédécesseurs, plutôt que de construire à côté ? La rénovation et l’entretien des bâtiments anciens constituent le meilleur apprentissage pour les jeunes architectes. Il est rare qu’un bâtiment soit suffisamment détérioré pour avoir le besoin de le démolir… »

« Le projet actuel choque beaucoup de parisiens, attachés à l’histoire de leur ville et à sa lente et progressive stratification. Il simplifie à outrance l’espace urbain, efface les traces du passé. Il « globalise », au lieu d’enrichir et de « particulariser ». Cet immeuble, à l’échelle d’un ilot (presque) entier, pourrait être construit n’importe où, de la même manière, en dehors de la ville ou dans un quartier neuf. Il ressemble à n’importe quel immeuble de bureaux, avec sa grande cour intérieure dont les vues intérieures sont glaçantes, »

« La dérive architecturale et urbaine actuelle

Trop de dessins d’architecture et d’urbanisme sont aujourd’hui « globaux », simplistes. Ils constituent les armes de ceux qui veulent effacer les différences, les particularités. Les architectes le savent-ils ? Savent-ils qu’ils participent de cela ?

En dehors de la question du style, les projets sont trop gros, et donnent en ce sens, l’impression de ne pas avoir été travaillés (ce qui va de pair). Là où une agence d’architecture réalise un projet de dizaine de milliers de mètres carrés, il vaudrait mieux une dizaine de projets confiés à des agences plus petites…
Il en va de la diversité urbaine, des rythmes de la ville, du coût de gestion de ces bâtiments, et d’une émulation collective nécessaire pour créer de la joie et de la beauté.« 

Lire l’article :
http://wp.me/P2z3lR-xP

Advertisements