Pourquoi on dit « NON » à la Tour Triangle

Non à la Tour Triangle : un mauvais projet au mauvais endroit, un projet contre l’intérêt collectif. Cette tour de 180 m de haut sera en réalité une immense tour-barre de 200 m de long qui coupera le Parc des Expositions en deux et coupera Paris de sa banlieue… Les Parisiens et Franciliens y sont opposés à 64% : on leur a déjà fait plusieurs fois le coup de la tour, c’est un échec. La tour Montparnasse, les tours du 13e et du 15e ont été un échec urbanistique, économique, écologique et social comme le sera la tour Triangle vendue avec les mêmes arguments mensongers qu’il y a 40 ans. Ne répétons pas les erreurs du passé : la tour Montparnasse est le bâtiment le plus détesté de Paris ! 

1523481_751251701620359_8029588255049541512_oLes tours sont une fausse idée de la modernité, bien au contraire elles sont le symbole du naufrage de notre ancien monde et de ces fausses bonnes idées économiques qui nous conduisent tous au bord du gouffre.
Aujourd’hui à la Défense, les tours se vident les unes après les autres, on croule sous les bureaux vides en région parisienne, on les brade…
Par delà leur obsolescence, les tours sont terriblement couteuses pour la collectivité. La gestion d’afflux de milliers de personnes en un même point nécessite des investissements supplémentaires énormes en matière de transport, de sécurité, de flux, de traitements des égouts, déchets, de pollutions, d’énergie qui ne sont bien sûr pas pris en charge par l’investisseur qui lui s’intéresse uniquement à son coup financier.
Amputer le Parc des Expositions de la Porte de Versailles alors qu’il constitue un vivier extrêmement dynamique en matière d’emploi, n’est-elle pas une absurdité ? Le couper en deux et le mettre en péril pour y construire une tour de bureaux qui n’a rien à y faire, une aberration? Pire, cette tour redeviendra propriété des Parisiens à l’heure où il sera nécessaire de la rénover ou de la détruire à grands frais.
Pour toutes ces raisons et bien d’autres encore, il est urgent de dire stop à ce projet magnifié sur le papier mais humainement et collectivement aberrant, urgent de promouvoir la modernité de projets intéressants pour la collectivité : oui à des projets intelligents, durables, soutenables et porteurs d’emploi…
Nous espérons de nos élus au Conseil de Paris qu’ils sauront faire la part des choses et que les calculs politiciens n’entraveront pas l’intérêt général.
Comme la majorité des Parisiens qu’ils disent Non au mauvais projet Triangle !

**************************

Revue de presse 

La Tour Triangle, objet de toutes les controverses

Libération, 16/11/2014

http://www.liberation.fr/societe/2014/11/16/la-tour-triangle-objet-de-toutes-les-controverses_1143976

Extrait :

Les tours sont communément considérées comme des objets architecturaux peu écologiques: si elles permettent – théoriquement – une densification du bâti, elles sont aussi structurellement énergivores. «Contrairement à une idée reçue, le gratte-ciel est énergivore et ne saurait être vraiment +écologique+. La fabrication de ses matériaux de construction (béton performant, vitrage et aciers spéciaux sophistiqués) est coûteuse en énergie, puis lorsqu’il fonctionne, il s’avère particulièrement gourmand en électricité (aération, chauffage, bureautique, ascenseur)», écrivent Julien Damon et Thierry Paquot («Les 100 mots de la ville», Que sais-je? Septembre 2014).

(…)

 La vraie histoire de la Tour Triangle : le verre enfumé ! 

Atlantico.fr 16/11/2014
Lire : http://www.atlantico.fr/decryptage/vraie-histoire-tour-triangle-verre-enfume-1858601.html#VyPBW146gH2Pc6oM.99

Extraits :

« Une offensive de communication relayée par quelques plumes serviles veut faire croire aux Parisiens que le projet Triangle est une sorte de combat des modernes contre les ringards, de lutte entre le futur urbain et les tendances régressives de passéistes. Il ne faut pas tomber dans le piège de cette opposition truquée. Les conseillers de Paris qui voteraient pour ce projet porteraient une lourde responsabilité dans une opération qui apparaîtrait comme une réédition inepte de l’échec de la tour Montparnasse. » (…)

(…) « Il est né d’un crime originel, quand par peur d’affronter le groupe Unibail aux Halles, Delanoë avait torpillé le magnifique projet de l’architecte néerlandais Koolhaas et s’était lancé dans l’infinie médiocrité de ce qui allait devenir le bubon de Mangin et Berger. Pour la première et unique fois de ses deux mandats, en 2004, Delanoë avait été moqué par Libération et le Monde. Pour un homme qui ne pensait qu’à la communication et la manipulation des médias, l’affront était insupportable. Il fallait à tout prix effacer cette image de couardise.Il se mit donc d’accord avec Unibail pour lancer une opération de diversion, une tour qui serait symbole d’innovation et de courage. Au départ, il était question d’un hôtel et d’un centre de conférences. Preuve absolue de l’insuffisance du projet et de son caractère surdéterminé par des considérations médiatiques : ce programme s’est très vite révélé totalement irréaliste et on ne parle plus depuis deux ans que de banales surfaces de bureaux. Dans l’intervalle, Unibail recevait deux pépites : la pleine propriété du centre commercial des Halles et un renouvellement de sa concession du parc des expositions de la porte de Versailles. C’est ce qu’on appelle en langage imagé vendre ses chemises ailleurs. De plus, Unibail obtenait que l’implantation de la tour se fasse dans son enceinte mais en impactant au minimum les halls d’exposition. D’où l’utilisation d’une parcelle incongrue et le positionnement de biais de la tour. » (…)

Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/vraie-histoire-tour-triangle-verre-enfume-1858601.html#VyPBW146gH2Pc6oM.99

 

Advertisements