Avec les nouvelles tours dans le 13e, le retour des années ’70 tant décriées

Article mis à jour le 26.03.2015

Les années ’70, tant décriées sur le plan architectural, reviennent à Paris ! Pour la première fois depuis cette époque, une tour de logements de 50m de hauteur voit le jour à Paris !

tour13

… ça c’est Paris !…

Dans le 13ème arrondissement, le quartier de la ZAC Paris Rive Gauche (vous avez dit « quartier » ? oui, on est à Paris, donc c’est un quartier, pas une zone !) est celui de toutes les expérimentations, pour le meilleur et pour le pire… Dans le Sud de cet espace en devenir, une première tour de logements vient d’être terminée au 56 de l’avenue de France. Réalisée par Bouygues Immobilier pour un coût de 24,5 millions d’euros, elle comprend 96 logements en accession et 92 logements sociaux. Les acquéreurs auront à régler un prix calculé sur une base de 10.000 euros le m².

Concernant le style d’architecture, en purs héritiers du brutalisme architectural, les concepteurs ont opté pour une forme en « déhanchement » rappelant celui envisagé pour les tours Duo voisines en projet (comment ce n’est pas du brutalisme ? ça y ressemble fortement en tout cas !). C’est sans doute pour évoquer quelque chose de gracieux qu’on a choisi de présenter l’édifice comme une tour qui « twiste », là où on aurait pu, plus simplement,  dire une tour « tordue ».

L’ensemble est déconnecté du contexte parisien, comme une bonne partie de ce qui se construit dans la ZAC Paris Rive Gauche depuis 25 ans, quartier qui affiche un échantillonnage de visions d’architectes imbus de visions de grandeur et « d’innovation », portant des oeillères devant l’environnement bâti d’une ville patrimoniale que, visiblement, ils méprisent.

Des solutions techniques particulières ont dû être recherchées et mises en oeuvre pour l’isolation de cet ensemble de 50m de hauteur, des vibrations dûes à la proximité des rails du réseau ferré de la gare d’Austerlitz, et le double bâtiment répose sur des boîtes à ressorts.

L’édification de cet édifice de grande hauteur et des immeubles qui suivront à ses côtés, est la conséquence du déplafonnement en 2011 de la hauteur légale de la construction à cette partie de Paris. Avec la modification en cours du PLU (plan local d’urbanisme), la Mairie s’attend à se débarrasser des derniers obstacles pour donner libre cours à « l’innovation » et à la « modernisation » d’un Paris qu’elle juge dépassé et « dans le formole » ! C’est d’ailleurs l’objectif affiché de l’appel à projet « réinventer Paris » qui promet…

—-