Archive for mars, 2015

29/03/2015

Le projet de la Samaritaine – l’érosion lente du caractère de Paris

Par Daniel Morales
architecte
 
Il est difficile de croire que ceci se passe à Paris, parce que le plan de masse du projet qui doit remplacer les bâtiments détruits de la Samaritaine est à peine différent de l’original, au contraire de ce qui se passe à Washington où toujours plus de hauteur est réclamée. 
Le projet pourrait être excusable s’il s’agissait d’un site marquant comme le Centre Pompidou, mais dans le tissu de la rue de Rivoli, la dissonance est bien plus apparente. C’est le goutte-à-goutte de l’érosion du caractère de la ville, qui pourrait apparaître peu important s’il se produisait ici et là, mais qui atteint un point de basculementlorsque l’âme d’un lieu disparaît, comme cela est arrivé à tant de centres-villes américains.
 
... à droite, le Louvre... Photo Harold Hyman

… à droite, le Louvre… Photo Harold Hyman

Considérant le bâtiment voisin, de belle apparence début 20ème, il est étrange qu’un remplacement strictement haussmannien n’ait pas été proposé. Mais cela est un produit de notre endoctrinement architectural actuel qui affecte tous ceux qui ont des prétentions progressistes, même s’ils choisissent de vivre eux-mêmes dans une maison traditionnelle dans une ville traditionnelle.
Je ne suis pas sûr que les architectes l’aient voulu, mais le projet ressemble au fantôme d’un immeuble mort…
 
Daniel Morales, architecte et designer à Washington DC, USA.
Publicités
25/03/2015

Pour un urbanisme sensoriel, par Thierry Paquot

Nous avons mis en ligne le contenu de la conférence de Thierry Paquot, qui a suivi notre assemblée générale du 19 mars dernier.

Lire l’article

Thierry Paquot, philosophe de l'urbain

Thierry Paquot, philosophe de l’urbain

Extraits : »Pour un urbanisme sensoriel« …  » « Adolescent, j’étais attiré par les puces de Saint-Ouen, le Quartier Latin et surtout par tous les dénivelés, les rues munies d’escaliers (en particulier autour de Montmartre), une ville pour moi, alors, affichait son relief, il fallait monter et descendre pour la conquérir ! Lycéen à Turgot, je me perdais dans le dédale des passages et admirais, à l’instar des surréalistes, ces deux portes sans fortification que sont Saint-Martin et Saint-Denis. Étudiant, combien de fois ai-je longé la Seine en flirtant ou en conversant, imaginant refaire le monde ? À cette époque, toutes les voies que j’empruntais me conduisaient d’un bouquiniste à un autre et m’orientaient toujours vers Odéon, sur la rive gauche. Là, j’étais chez moi. Le musée Delacroix, place Furstenberg, n’est-il pas charmant ? Et la rue Tournefort ou la moud ? Plus tard, j’ai appris à apprécier des portions de rue (l’avenue Leclerc de la porte d’Orléans à l’église de Montrouge, la rue Lanneau qui conduit à la rue Valette…), des vues particulièrement cadrées (la place du marché Saint-Honoré, la place Dauphine, la place Sainte-Catherine…), des paysages urbains (la rue Myrha et alentours, la rue du faubourg Saint-Antoine avec sa courbure finale qui retarde l’arrivée de la Bastille, la rue de Charenton bien longue…), ce sont des lieux simples, parfois hétérogènes dans leurs façades, leurs coloris, leurs ambiances, mais justement »…

« Il existe de très nombreux architectes et d’urbanistes, restés à l’écart du star system, qui bâtissent un logement ou un quartier en prenant comme « matériaux » les sensations de leurs résidants. Ils combinent alors le climat de la météorologie au climat de la psyché humaine. Non sans mal, du reste, car une telle ligne de conduite n’appartient pas à l’air du temps. »   (Extraits)

Lire l’article

24/03/2015

Paris et New York, même combat pour la qualité de vie et contre les hauteurs démesurées

Une conférence de presse sur les marches du City Hall de New York s’est tenue le 25 mars pour protester contre le Projet de surélévation des hauteurs des gratte-ciel, qui avantagera les promoteurs immobiliers au détriment des habitants de tous les quartiers. La remise en question des règles actuelles, affaiblirait la protection durement gagnée dans la ville de New York, au cours de décénnies. (Mise à jour le 26.03.2015). 

Lire l’information

Dans la West 70th Street, un typique Brownstone-scale midblock, protégé par les règles actuels.

Dans la West 70th Street, un typique Brownstone-scale midblock, protégé par les règles actuels.