Quel avenir pour la sous-station électrique avenue Parmentier ?

La sous-station électrique Voltaire a été crée en 1908 par l’architecte Paul Friesé. Actuellement, la Mairie de Paris dans le cadre du projet « Réinventer Paris » projette de réaménager ce site pour y établir un nouveau cinéma. Les riverains craignent la démolition de toute la structure industrielle dans son intégralité  y compris les 2 pavillons de verre au dessus du toit, pour construire un immeuble.

parmentier

L’annonce du projet sur le site « Réinventer Paris » laisse entendre que le bâtiment  d’origine serait refondé en profondeur et que seule la façade serait conservée : « Le caractère innovant pourra également porter sur la qualité du geste architectural mené dans le cadre d’une éventuelle surélévation, la façade actuelle du bâtiment étant conservée et valorisée. »

L’immeuble racheté à l’EDF par la Mairie de Paris en 2008, est utilisé depuis par un collectif d’artistes. En 2009, Patrick Bloche, alors député-maire du 11e, s’inquiétait de l’état de conservation du bâtiment dans un courrier au Maire de Paris.

L’association ACAP (Association de Défense pour l’Aménagement concerté de l’Avenue Parmentier) se bat depuis longtemps pour la sauvegarde de ce patrimoine industriel dans son intégralité y compris des 2 pavillons de verre, fer et briques sur le toit,  et s’oppose à toute surélévation.

L’association souhaite voir conserver la fonction initiale de ce lieu, la production d’électricité, par la pose de cellules photovoltaïques pour que ce bâtiment devienne auto-suffisant énergétiquement (à l’instar d’une réalisation de ce type rue Losserand dans le 14ème).

Une autre idée avancée par l’ACAP est la transformation de la terrasse sur le toit en jardin potager pédagogique pour les enfants pour les éduquer au Développement Durable et le respect de la nature. Quant au pavillon de verre côté avenue Parmentier, cette association de quartier aimerait le voir devenir un lieu de convivialité : un café parisien.

MK