Défense du patrimoine : réponses aux commentaires les plus fréquents…

Notre combat pour la défense du patrimoine suscite, comme c’est normal,  aussi bien l’adhésion que les critiques. À ces dernières nous devons fournir des réponses en essayant d’être mieux compris…

"Une ville dans le formol"

« Une ville dans le formol »

Les arguments qu’on nous « balance » ne varient pas. Un commentaire fréquent, entendu à plusieurs reprises dans des réunions ou sur les réseaux sociaux, c’est … la tour Eiffel ! En 1889, les réactions étaient les mêmes paraît-il… On doit répondre aussi des destructions du Baron Haussman (oui, c’est curieux !) quand il ne s’agit pas de notre volonté de « muséïfier » Paris ou pire : « mettre Paris dans le formol » ! Et bien évidemment : pourquoi on s’oppose aux « immeubles modernes ». Prenons une respiration pour répondre dans l’ordre :

La tour Eiffel avait fait l’objet d’une souscription nationale, elle n’a pas été construite avec l’argent du Qatar ! Elle était désirée et voulue par le grand nombre. Elle était conçue selon l’acceptation européenne d’une tour: nombre d’étages limité sans rapport avec la hauteur, pas de logements, sa fonction ayant un sens public… Les oppositions, bien que rapportés dans la littérature, avaient été épisodiques. Emblème de Paris pour les touristes, la tour Eiffel n’en est pas, néanmoins, le monument le plus important. La comparaison avec les projets des tours actuels n’est donc pas de mise ! Quant à Haussmann, il est autant critiqué qu’admiré ! Humaniste, il a dessiné la place de l’Étoile avec autant de soin que la place de la Nation. Se ranger du côté des défenseurs ou des critiques ? Dilemme cornélien que nous ne sommes pas tenus de résoudre !

Plusieurs époques historiques et architecturales s’entrecroisent à Paris et cohabitent harmonieusement. Ce n’est qu’à partir des années 60 qu’on a commencé à construire des immeubles en rupture totale avec leur environnement bâti, méprisant vis-à-vis de l’héritage architectural et urbain existant, et la tendance s’est emplifiée ces dernières années. Une tour de bureaux « pourrit » son environnement et détruit la vie de quartier. À Paris et dans son entourage, elle abîme aussi sa ligne d’horizon.

« Une ville dans le formol » c’est le refrain classique de nos opposants qui estiment que nous défendons un Paris qui « rejette en bloc l’architecture contemporaine » et ne donne pas la possibilité aux jeunes d’y habiter ou d’y avoir un logement correct. Faut-il rappeler que la défense de l’environnement architectural patrimonial est étrangère au prix de l’immobilier à Paris ? Qu’il n’est pas souhaitable de construire des laideurs en béton juste pour faire baisser la valeur immobilière de Paris ? Et que ce sont les puissances financières qui s’attaquent au patrimoine parisien et qui favorisent la gentrification des vieux quartiers populaires parisiens ?

Paris est une ville patrimoniale, l’ignorer c’est se priver de la richesse de son héritage ! Habiter une ville patrimoniale est une chance ! On estime que Paris n’a pas à singer les mégapoles asiatiques toutes récentes ! Paris est dès l’origine une « ville durable » avant l’heure…

Certains nous opposent Londres et ses « magnifiques tours »… Nous avons déjà publié des articles sur la remise en cause de ces tours par les londoniens eux-mêmes. Là on peut se contenter de rapporter le dernier article lu sur le développement urbain de Londres :

Epuration sociale : comment Londres se débarrasse des pauvres… et des classes moyennes

Car Londres inspire nos édiles et les architectes parisiens… Voici le début de l’article : « Son ascension vertigineuse enchante autant les investisseurs immobiliers qu’elle suffoque les moins fortunés. Depuis la crise de 2009, l’immobilier londonien a vu sa valeur augmenter de 55%. Tandis que millionnaires et spéculateurs financiers sont accueillis à bras ouverts dans la capitale britannique, un nombre croissant de ses habitants sont progressivement évincés de leurs quartiers, toujours plus loin en périphérie ou en province. Les conservateurs ont beau invoquer les « forces irrésistibles » du marché pour se délester de leurs responsabilités, le « nettoyage social » de la capitale n’aurait pas lieu sans une once de volonté politique. Il y a ici tout ce que l’urbanisme londonien peut compter d’assommant… »

En de multiples domaines, le retour du passé
provoque un énorme bond en avant.
Jean Delumeau
(La civilisation de la Renaissance)

M.K.

Publicités

One Comment to “Défense du patrimoine : réponses aux commentaires les plus fréquents…”

  1. Bravo à Olivier de Monicault et à Christine Nedelec pour vos deux papiers reçus ce matin ;défendons le Paris que la grande majorité des Parisiens aiment. Bravo pour vos arguments contre les critiques des « intelligents ».

    François Douady

    01 42 88 41 04

    06 50 45 21 39

    J'aime