Une plage au lac Daumesnil ? Cherchez l’erreur !

Par Marie Karel

Posons sans détours la question numéro un : la présence d’une faune sauvage est-elle compatible avec l’aménagement d’une plage au bord du lac Daumesnil ?  

Ce lac fait partie du Bois de Vincennes. Avec le bois de Boulogne, ils sont définis comme des « ilots de verdure insérés dans le tissu urbain », profitant « de la proximité des grands massifs forestiers franciliens et constituent des réservoirs de biodiversité aux portes de la ville ».

oieducanada

La Mairie de Paris avait pourtant signé le 26 avril 2003 la charte pour l’aménagement durable du Bois de Vincennes. Que faut-il comprendre aujourd’hui ? Qu’une signature de la Mairie de Paris peut-elle être reniée au gré des mandats municipaux ?

Le bois de Vincennes est classé au titre du Code de l’environnement, mais aussi défini par le PLU « espace boisé » et « zone naturelle et forestière ». Peut-il être déclassé d’un simple trait de… plume ?

Créé en 1858 par Jean-Charles Alphand, ingénieur des ponts et chaussées du Préfet Haussmann, ce bassin de dix hectares était à l’origine alimenté par la Marne ; aujourd’hui il reçoit l’eau du réseau non potable de la Ville de Paris. Son fond est recouvert par de la vase. 

Le projet de baignade d’Anne Hidalgo prévoit l’aménagement d’une plage comportant trois zones : »espace ludique et familial », « espace de baignade autonome », « espace de nage ». Elle devrait être ouverte au public de mi-juin à mi-septembre. Des équipements saisonniers seraient installés le long de la baignade et démontés hors période estivale.  On nous assure que l’aménagement du lac serait compatible avec ses usages traditionnels : le canotage et la pêche.

800px-bois_de_vincennes_20060816_16 

Une baignade publique serait aménagée sur l’île de Bercy, interdite actuellement à la circulation en faveur de la protection des oiseaux qui y nichent et s’y reproduisent : canards, bernaches du Canada, poules d’eau, cygnes et de très nombreux autres espèces. 

Nous n’avons pas entendu la LPO (Ligue de Protection des Oiseaux) s’émouvoir du sort de cette faune condamnée à migrer ou disparaître. Serait-elle intimidée ? Considère-t-elle qu’elle « ne fait pas le poids » face à la Mairie de Paris ? 

De leur côté, les Verts de la Mairie de Paris, en ce moment, regardent ailleurs. 

Changer l’eau du lac pour le rendre propre à la baignade, avec tout le coût financier et environnemental que cela impose, ne fait pas fléchir la Mairie. 

Évoqué pour la première fois en 2011, ce projet est abandonné avant de refaire surface dans les promesses de campagne d’Anne Hidalgo. En 2014, son annonce avait déjà suscité la protestation des maires des communes limitrophes du bois de Vincennes : Saint-Mandé, Saint-Maurice, Charenton-le-Pont, Joinville, qui qualifiaient – assez justement -l’initiative : « aberrante », « idée de bobo » ou « supercherie ». 

 

Tout comme faire disparaître le mobilier urbain ancien, dénaturer le lac Daumesnil n’est qu’une preuve de plus de l’acharnement de cette municipalité à dénigrer l’héritage haussmannien. 

L’été prochain, une partie du bassin de la Villette, sera aménagée en baignade. Les conditions de cet endroit lui permettent d’être beaucoup plus facilement adapté à cet usage. Pourquoi ne suffirait-il pas ? Est-ce-que Paris manque vraiment de plages en été ? 

Publicités

One Comment to “Une plage au lac Daumesnil ? Cherchez l’erreur !”

  1. AH est vraiment une acharnée du festif à tout prix !!!!!la référence à la charte des bois de Boulogne et de Vincennes est la preuve qu’AH se fout du monde !

    FD

    J'aime