Les possibilités d’une Île (de la Cité)…

28/12/2016

L’Île de la Cité vivra sa « troisième époque » ?

Dans un vaste plan de marchandisation de tourisme massif du centre historique de Paris appelé « hypercentre » (authentique !), qui comprend la Canopée des Halles, les théâtres de Châtelet et de la Ville réaménagés, la Collection Pinault d’art contemporain dans le bâtiment de la Bourse de Commerce, l’Île de la Cité serait, elle aussi, « métamorphosée », transformée pour être plus précis, pour qu’elle vive sa « troisième époque ». Il s’agit bien sûr d’une redéfinition arbitraire des périodes historiques de l’urbanisme qui rappelle celle de Christian de Portzamparc pour son projet mis en oeuvre dans l’opération Paris Rive Gauche. (Depuis le siècle dernier, les oeuvres contemporains ont un besoin impératif d’un texte théorique – et autant que possible, beau- qui « justifie » leur existence).

Projet Île de la Cité par Dominique Perrault. Visuel publié sur le site de la Mairie de Paris

Visuel publié sur le site de la Mairie de Paris

Le projet devient possible avec le départ organisé des institutions présentes sur place (déménagement du Tribunal et du Quai des Orfèvres, « modification » des activités de l’Hôtel-Dieu, etc) et le nombre réduit d’habitants – propriétaires, entre autres. Le cadre historique et protégé, composé d’édifices classés, limitant la possibilité de constructions nouvelles – et « innovantes »,  c’est en grande partie au sous-sol que les aménageurs s’attaquent : le dessin d’une dalle de verre transparent laissant entrevoir le sous-sol aménagé du parvis de Notre-Dame, a déjà « fait le buzz » sur internet.

Pour justifier le besoin impératif d’une transformation de cette envergure du lieu historique, il fallait avancer des arguments critiques et pointer tous les aspects négatifs possibles : un espace délaissé…, déjà altéré par Haussmann… Leur constat :  l’île de la Cité, telle qu’elle est aujourd’hui, « n’est pas un objet patrimonial à part entière » (sic). Affirmation que si elle était annoncée dans un cadre juridique, elle aurait, faut-il croire, un poids certain…

 

cite4

 

Les Parisiens pourront d’ores et déjà …se réjouir : « Un embarcadère serait créé au pied de Notre-Dame pour développer le transport fluvial et des péniches seraient implantées pour accueillir des activités : cafés, restaurants, loisirs ».  Mais aussi, inspirés de ce qui s’est fait au Carrousel du Louvre, « Des services en sous-sol seraient installés sous le parvis de Notre-Dame : vestiaires, sanitaires, accueil du public, centre de traduction (on pense à tout), commerces. Les surfaces libérées par les services de l’État permettraient d’accueillir des start-up, du tertiaire et des logements accessibles à tous. » (Une façon nouvelle de dire « logements sociaux » ?) Enfin le public sera certainement sensible au fait qu’il y aura « des équipements de jeux pour les enfants, des cafés et des restaurants solidaires ». Oui, vous avez bien lu, c’est bien ce qui est annoncé. Il s’agit apparemment d’une délicate attention de l’État pour les plus démunis et les SDF qui ne sont pas oubliés dans ce grand aménagement.

Les travaux commenceraient progressivement, dès 2017 : réaménagement de l’espace public en surface et en sous-sols, notamment du parvis de Notre-Dame, travaux de surface « plus lourds », pour s’achever en 2040… Curieusement, c’est une exposition à la Conciergerie, à partir du 14 février prochain, qui tiendra lieu de consultation des Parisiens.

cite

La liste des 35 propositions laisse entrevoir un projet certes audacieux et visionnaire, mais oubliant sa situation au coeur historique de Paris, ignorant le caractère particulier et intemporel de notre ville, méprisant son environnement hérité, puisant son inspiration dans l’architecture dite « internationale » et l’art contemporain du siècle dernier, avec une orientation affirmée : « tourisme de masse ».

Le projet est mené par le Centre des Monuments Nationaux (forcément !) et Dominique Perrault Architecture qui en ont remis, le 16 décembre dernier, un rapport au Président de la République, François Hollande.

« Les surfaces libérées par les services de l’État permettraient d’accueillir des start-up, du tertiaire et des logements accessibles à tous. » Palais de Justice de Paris

************

Le rapport sur le projet remis à François Hollande  est à télécharger ici :

rapport-idc

Sources :

La présentation du projet Île de la Cité sur le site de la Mairie de Paris

Le site de Dominique Perrault Architecture

Lire aussi :

Notre article publié à l’annonce du projet en décembre 2015

Les 3 visuels du projet publiés ici sont proposés au téléchargement sur le site Mission Île de la Cité édité conjointement par Dominique Perrault Architecture et par Philippe Belaval – Centre des monuments nationaux, à l’exception du visuel de la Mairie de Paris. Photo du Palais de Justice de SOS Paris.

Publicités

2 commentaires to “Les possibilités d’une Île (de la Cité)…”

  1. Ce projet fait froid dans le dos. Commencer une pétition? Madame Hidalgo s’en fiche et les ignore. Que pouvons-nous faire, concrètement?

    J'aime

  2. Je reste sans voix et atterrée de ce que je viens de lire quant au projet de l’ile de la Cité.
    Mais ça va bien dans leur tête ?
    Paris altéré par Hausmann ???
    Connaissent-ils seulement le quart de ce qu’il a fait dans ce Paris qui était dépourvu d’égouts (merci Monsieur Belgrand) et dont les immeubles menaçaient par endroit de s’effondrer ???
    Et tout ça pour nous pondre des horreurs de tours en verre et acier qui se détériorent plus vite que n’importe quoi (lOpéra Bastille, tient, cette plaie atrocement laide dont le revêtement de façade se casse la figure et a demandé la mise en place de filet, et qui fuit à l’intérieur dès qu’il pleut !!!).
    L’intérêt de l’île de la Cité c’est justement le contraste entre les petites rues et les immeubles étroits aux portes basses hérités du Moyen âge et les bâtiments d’ampleur et d’architecture néo classique Hausmanienne qui se fondent à merveille avec la Sainte Chapelle et la Conciergerie !!!
    Et l’argent que cette horreur va coûter ne servira pas à construire ou réhabiliter des logements d’urgence pour les SDF (ben non, hein…), des logements sociaux, des places en crèche, des animateurs payés (pour de vrai) pour s’occuper des enfants, ni à monter des projets artistiques et des actions culturelles territoriales.
    Merde alors ! La droite en rêvait et cette pseudo ex fonctionnaire de gauche est en train de le faire : virer de Paris tout ce qui faisait son charme, à commencer par son hétéroclite population !
    Décidément, je hais cette bonne femme.

    Aimé par 1 personne