Archive for mars, 2017

29/03/2017

Feuilleton des Serres d’Auteuil : de rebondissement en rebondissement

Par Lise Bloch-Morhange

Porte-parole du Comité de soutien des Serres d’Auteuil

Décidément, le feuilleton des Serres d’Auteuil ne cesse de connaitre rebondissement sur rebondissement.
Rappelons que le jugement au fond du Tribunal de Grand Instance du 10 novembre dernier, basé sur le droit moral, a débouté les héritiers de l’architecte Jean Camille Formigé de tout recours, allant jusqu’à refuser de reconnaitre que le « Fleuriste municipal », inauguré en 1898, était une création originale de leur ancêtre. Le plus étrange étant que, dans leur mémoire, les avocats de la FFT ((Fédération Française de Tennis) ne cessaient de dire que le projet de la FFT préservait l’originalité et la beauté de l’œuvre de Formigé ! La position des juges du TGI s’est donc révélée d’une mauvaise foi telle que les défenseurs du jardin botanique ont reporté tous leurs espoirs sur l’audience au fond devant le tribunal administratif (TA) du 19 janvier dernier.

Le trou déjà creusé pour le futur court semi-enterré. ©Photo Lise Bloch-Morhange

Depuis la veille, ils savaient par leurs avocats que la rapporteure publique (Madame Baratin, cela ne s’invente pas !) allait recommander aux juges d’annuler le permis de construire sur le jardin botanique. Il s’agissait d’un argument ajouté au dossier dans un deuxième temps, faisant valoir que lorsque le préfet d’Ile-de-France avait signé les permis de construire en décembre 2013, il se trouvait dans l’illégalité pour ne pas avoir demandé préalablement le déclassement partiel du jardin dont la totalité du sol est inscrite monument historique depuis l’arrêté du 1er septembre 1998 (année du centenaire).
C’est donc par cet argument que la rapporteure publique a débuté sa plaidoirie. Elle n’a pas manqué de souligner qu’en la suivant sur ce point, les juges du TA se trouveraient en contradiction avec le Conseil d’Etat : saisi en appel par la FFT  à la suite du référé du 24 mars ordonnant l’arrêt des travaux, dans un avis daté du 3 octobre dernier il avait estimé que la fédération de tennis n’avait pas besoin de demander le déclassement partiel du site au titre des sites (monument naturel), puisque les travaux de la FFT ne concernaient qu’un hectare du jardin, ce qui représentait peu de choses par rapport à la totalité du Bois de Boulogne (sic !) ! Il déclarait en outre qu’au titre des compensations, un hectare de pelouse supplémentaire à Roland- Garros valait bien un hectare du jardin botanique! Encore plus ahurissant, le Conseil d’Etat, outrepassant clairement ses fonctions, ajoutait que l’architecture des constructions projetées s’apparenterait à celle des serres historiques d’Auteuil conçues par Jean-Camille Formigé ! Autrement dit : du fer blanc s’harmoniserait avec les grandes serres aériennes « bleu Formigé » !

Quant au fait que le jardin était inscrit monument historique, ajoutait la rapporteure, le Conseil d’Etat l’avait tout simplement écarté sans argumenter. Et ce alors que l’arrêté d’inscription spécifiait bien qu’il concernait « la totalité du sol dans ses limites actuelles ». D’ailleurs, disait-telle, les travaux prévus par la FFT porteraient atteinte au « caractère d’art ou d’histoire » du site qu’implique l’inscription aux monuments historiques.
Bien qu’elle ait ensuite écarté tous les autres arguments d’urbanisme soulevés par les avocats des associations, sachant que l’avis du rapporteur public est généralement suivi par les juges, nous étions relativement confiants.

On imagine donc notre déception lorsque le jugement du TA est tombé dans l’après-midi du 3 février, validant le permis de construire de la FFT dans le jardin, soit la construction d’un stade de tennis de 5 000 places, et la transformation des bâtiments inscrits de l’Orangerie et du Fleuriste en locaux commerciaux Roland-Garros.
Le jugement affirme que les travaux de la FFT sont « compatibles avec l’intérêt d’art ou d’histoire ayant justifié l’inscription  d’une partie du Jardin  des serres d’Auteuil au titre des monuments historiques et ne compromettent pas sa préservation ».
Cette assertion semble tout à fait contestable, puisque l’inscription aux MH (Monuments Historiques) concerne la totalité du sol du jardin et non pas « une partie », et que l’on voit mal comment un stade de tennis serait compatible avec un chef d’œuvre architectural et paysager de la fin du XIXème siècle, sur un site choisi dès le siècle précédent par Louis XV pour y assouvir sa passion de la botanique.

*****************

Sauvons les Serres d’Auteuil sur Facebook

Pétiition Sauvons les Serres d’Auteuil sur Facebook

 

Articles de SOS Paris :

Serres d’Auteuil : une réponse à Paul Chemetov par François Loyer 26/10/2016

Serres d’Auteuil, rebondissement : le TGI suspend les travaux au nom du droit d’auteur de leur architecte 23/12/2015

29/03/2017

Conférence sur le patrimoine industriel parisien le 6 avril à 18h

SOS Paris a le plaisir d’inviter ses adhérents et amis à la Conférence sur le patrimoine industriel parisien

avec Jean-François Belhoste, historien du patrimoine et Directeur d’Études à l’École Pratique des Hautes Études, à l’École du Louvre, à l’École Nationale d’Architecture de Normandie et à l’École de Chaillot. 

La conférence aura lieu dans la salle des mariages de la la Mairie du 5e arrondissement le jeudi 6 avril à 18h. 

Elle sera suivie d’un verre de l’amitié.


Entrée libre

Inscription conseillée

 par e-mail : sos.paris@orange.fr

ou sur la page facebook : https://www.facebook.com/events/281636082258077/

29/03/2017

Modernité discordante

par Louis-Edmond Goupy
Dans le droit fil des conceptions haussmanniennes, les constructions des « trente glorieuses » (1950-1980) inaugurent une nouvelle architecture de rupture avec le bâti du Paris ancien. Dans le deuxième arrondissement le parcellaire préhaussmannien est resté en grande partie intact ; cependant des « dents creuses » ou des bâtiments promis à la démolition ont donné lieu à l’édification d’immeubles dont le matériau contemporain dépare – c’est le moins qu’on puisse dire – les façades homogènes auxquelles ils auraient dû s’intégrer.

Ces photographies numérotées illustrent quelques exemples :

 

 

1 – Affreuse construction remplaçant l’Hôtel des Gabelles (XVIIIème) au 1 rue Gramont.
2 – Immeuble au 65 rue de Richelieu remplaçant une maison XVIIIème où Stendhal a habité.
3 – Place de la Bourse : immeuble au coin de la rue Vivienne qui est bordée d’hôtels XVIIIème.
4 – Place de la Bourse : immeuble AFP de l’autre côté, idem.
5 – Angle rue du Mail – rue Montmartre (ancien Siège du Figaro), en face d’immeubles XVIIème.
6 – Immeuble au 25 rue d’Aboukir, en face d’immeubles XVIIème.
7 – Immeuble au 129 rue Montmartre (1994), en face d’immeubles XVIIème.
8 – Construction 1995 par les AGF défigurant le côté homogène du Boulevard des Italiens en remplaçant deux excellentes maisons du XIXème.
9 – Immeuble au 18 rue du Croissant, bordée de maisons XVIIIème et début XIXème.
10 – Immeuble au 176 rue Montmartre, inhabitable par son effet de serre, en fond de cour d’un hôtel du Bd Montmartre inscrit à l’ISMH.
11 – Immeuble au 46 rue Notre-Dame des Victoires datant de 1994, derrière la Bourse.

24/03/2017

Architecture métallique : les dentelles d’un patrimoine à redécouvrir

Éditorial d’Olivier de Monicault

Trop souvent, pour définir un défenseur du patrimoine architectural on le désigne sous le nom d’amateur de « vieilles pierres ». Cette dénomination sacrifie un pan entier de l’architecture,  et non le moindre, celui des constructions métalliques. Souvent négligées en effet car parfois invisibles derrière des façades de pierre, ces structures surtout édifiées au XIXème et au début du XXème siècle souffrent encore d’une forme de mépris et demeurent partiellement au purgatoire. Certes la Tour Eiffel, construite à titre provisoire il y a 125 ans, suscite une admiration unanime. Mais on ne peut oublier qu’en 1971, en dépit des protestations des associations, les Halles de Baltard furent intégralement démolies. La reconstruction d’un des pavillons à Nogent sur Marne et celle partielle d’un autre à Yokohama ne nous consolent pas du pire acte de vandalisme des cinquante dernières années. Le centre commercial qui les a remplacées avive notre indignation.


Combien de marchés couvertss ont également été sacrifiés au nom du modernisme ? Même si SOS Paris peut néanmoins se féliciter d’avoir largement contribué à sauver le Carreau du Temple aujourd’hui fort prisé, longue est la liste des bâtiments métalliques détruits sans états d’âme.

Je voudrais vous inviter à revisiter cette architecture inventive. Si elle est parfois bien connue (l’admirable Bibliothèque Sainte Geneviève de Labrouste, la
Grande Salle de la BN qui vient d’être restaurée, le Grand Palais, le Petit Palais…) d’autres réalisations demeurent moins connues (l’église Saint-Eugène – Sainte-Cécile dans le 9ème, l’église Notre-Dame du Travail dans le 14ème, la Maison du docteur Dalsace rue Saint Guillaume chef-d’oeuvre de l’art déco de Chareau, une succession d’immeubles de bureaux (les premiers du genre) rue Réaumur, certains marchés couverts… et, cachés du public, de multiples bâtiments industriels ou artisanaux). Je voudrais attirer votre attention sur l’église Saint-Augustin qui derrière ses façades de pierre cache une imposante structure métallique. Son état est réoccupant ; les travaux en cours sont bien insuffisants vu l’état du bâtiment. La Grande Poste rue du Louvre, depuis le départ d’une partie des activités de la Poste, fait l’objet de travaux de rénovation complète ; les associations avaient demandé en vain le classement de ce bâtiment pour éviter sa dénaturation.


Plus modestes mais pittoresques, les petites constructions du Marché aux Fleurs (1873, André & Fleury constructeurs) risquent d’être sacrifiées dans le projet de réhabilitation de l’Ȋ le de La Cité. Ces simples abris sont d’une écriture légère et élégante, bien oubliée de nos jours, où elles ont souffert de multiples cloisonnements. Elles évoquent le charme de ces abris destinés aux promeneurs (et en tout point similaires) qui bordent les contreallées des Champs-Élysées.

Dossier inquiétant. Puissent ces quelques lignes vous inviter à regarder d’un autre oeil cet aspect du patrimoine parisien, si riche et si varié, et vous donner l’envie de nous aider à le préserver et le mettre en valeur.

 

Les constructions métalliques sont omniprésentes à Paris. En voici une petite sélection (de gauche à droite et de haut en bas) : Bibliothèque Sainte-Geneviève, Carreau du Temple, Centre 104, École des Beaux-Arts, Église Saint-Augustin, Église Saint-Eugène – Sainte- Cécile, Gare de l’Est, Gare du Nord, Grand Palais, Halles Baltard en 1968, Maison des Métallos, Maison du Dr. Dalsace, Passerelle des Arts, Poste du Louvre et … la Tour Eiffel !