Archive for ‘Revue de Web’

11/03/2017

Une critique sévère du choix de Dominique Perrault pour le réaménagement de l’île de la Cité

Leon Krier, architecte et urbaniste luxembourgeois, critique sévèrement le choix de Dominique Perrault pour diriger le réaménagement de la Cité au cœur historique de Paris, le jugeant inadapté pour ce type de projets. Il estime que son expérience en matière  de tissu architectural traditionnel, est nulle et rappelle son intervention à la Cour de Justice européenne au Luxemburg :

Leon Krier

« À en juger par l’opération chirurgicale qu’il a réalisée au Luxembourg sur le bâtiment de la Cour de Justice de 1973, seul édifice public moderniste important réalisé au cours des 60 années d’activité de la construction de l’Union européenne à Bruxelles, au Luxembourg et à Strasbourg, il n’est nullement porté à travailler en bonne entente dans un cadre urbain ou architectural donné, que ceci soit traditionnel ou moderniste. Le palais emblématique d’acier et de verre sur le plateau de Kirchberg est maintenant dépouillé de son corps et de son âme, et enfoui dans un fatras illisible de verre teinté et de métal. » 

Il rappelle aussi : « Depuis que l’énergique Commission du Vieux Paris a été affaiblie par le maire Bertrand Delanoe, les concertations citoyennes et les recours sont devenues, sinon une farce, une vaine affaire, leurs petites victoires étant régulièrement annulées par le Conseil d’Etat. Même un ministre d’Etat est impuissant face à la vogue désastreuse : en 2012, la ministre de la Justice, Christiane Taubira, a tenté en vain d’arrêter la construction du nouveau Palais de Justice, un mammouth de 160m de haut, sur le péripherique. » Lire l’article 

 

22/03/2015

Manifestation pour la défense des Serres d’Auteuil: photos, revue de presse

La manifestation annoncée a réuni plus de 500 participants hier aux Serres d’Auteuil, parmi lesquels des personnalités politiques et du monde associatif : Agnès Popelin (France nature environnement), Yves Contassot, (EELV), Bertrand-Pierre Galey, (maire-adjoint de Boulogne-Billancourt), pour ne citer que trois…

Par Cabu, ancien adhérent et ami de SOS Paris...

Par Cabu, ancien adhérent et ami de SOS Paris…

Voir nos photos

 

Olivier de Monicault, président de SOS Paris

Olivier de Monicault, président de SOS Paris

À lire sur le net (liste non exhaustive) :

Les associations et les politiques manifestent pour les Serres d’Auteuil

Manifestation aux Serres d’Auteuil 

Un rassemblement pour dire « non » au projet de modernisation voulu par la FFT

Les défenseurs des serres d’Auteuil marquent un point

Manifestation contre l’extension de Roland Garros

Mobilisation pour sauver les serres d’Auteuil (Paris 16e)

 

11/12/2014

Impact visuel des tours Duo, en projet, sur leur environnement parisien

Le projet des tours Duo est actuellement en phase de « commercialisation » dans la ZAC Paris Rive Gauche. Curieusement appelé par le promoteur « tour Duo » au singulier, là où il s’agit bien de deux tours, le projet prévoit un gratte-ciel de 180 mètres – 39 étages – et un second de 120 mètres – 27 étages, penchés chacun sur le côté. Inconsciemment inspirées peut-être de… la tour de Pise, comme référence historique, un peu « déplacée » !

À part de vendre du vent, du moins pour l’instant ( le permis de construire n’est pas accordé à l’heure actuelle et une enquête publique doit avoir lieu prochainement), les porteurs du projet multiplient les études et peaufinent leur communication.

À quoi pourrait bien ressembler Paris avec ces deux tours jumelles ? Quel impact sur sa skyline (ligne d’horizon) ? Nous publions ici une reconstitution basée sur les données communiquées à la presse :

 

Les Tours Duo vues depuis la rive droite; avec la BNF au premier plan/

Les Tours Duo vues depuis la rive droite; avec la BNF au premier plan/

 

Les tours Duo vues du ciel

Les tours Duo vues du ciel

 

Les tours Duo depuis le Pont National

Les tours Duo depuis le Pont National

Bien que l’originalité du concept est évidemment mis en avant dans ce projet, Jean Nouvel n’a pas l’exclusivité des tours jumelles « penchées » : les tours jumelles de Roche à Bâle, confiées au bureau des architectes Herzog et de Meuron (auteurs également du projet tour Triangle à Paris), atteindront 205 mètres pour la plus haute et s’inspirent elles aussi de la dualité, des surfaces penchées, mais évitent la… posture déséquilibrée affichée par le projet parisien. On peut trouver plus d’informations sur le site de « L’Alsace » et voir la photo qui permet de constater leur étrange ressemblance avec les tours Duo mais aussi avec la tour Triangle !

Les tours jumelles de Roche à Bâle

L’Alsace.fr, 23 octobre 2014

Tours Roche à Bâle.

Tours Roche à Bâle.

 

« Toujours plus grand, toujours plus haut… Dans la course au gigantisme qu’il livre avec son rival bâlois Novartis, Roche se trouve désormais nettement en tête.. Alors que le gros œuvre de la première tour (d’une hauteur de 178 m sur 41 étages), devrait être achevé fin 2014, Roche a annoncé, hier, la construction d’une tour jumelle de 205 m sur 50 étages, représentant un investissement de 550 millions de francs. (…) Pendant ce temps, sur l’autre rive du Rhin, au nord de Bâle, Novartis poursuit l’extension de son campus qui (…) sera composé d’une série de tours dont la hauteur sera limitée à une centaine de mètres...

Pour lire l’article complet cliquez ici

 Article mis à jour le 14/12/2014

24/11/2014

Au-delà de la Tour Triangle à Paris, un débat sur la métropole durable de demain

Article publié sur le site de « La Gazette des communes »

(avec l’AFP)

Avec les commentaires de Thierry Paquot, Jérôme Dubois, Serge Salat.

Pour lire l’article cliquez ici 

Extraits :  « (…) Le rejet du projet controversé de tour Triangle, à Paris, relance le débat sur la métropole durable du XXIe siècle. (…) « La discussion qui a lieu à Paris se retrouve partout dans le monde parce qu’elle est liée à la façon de penser le futur des grandes villes », explique à l’AFP, Jérôme Dubois, professeur d’urbanisme à l’université d’Aix-Marseille. »

(…) « Contrairement aux apparences, la densité de la ville verticale n’est donc pas supérieure à celle de la cité horizontale, les règles d’urbanisme imposant que les tours soient suffisamment espacées, notamment pour des raisons de luminosité. « Du coup, entre deux tours on implante un parc fermé, pas toujours bien entretenu, qui oblige le piéton à parcourir de grandes distances pour rétablir une continuité avec la rue, les façades, les boutiques », analyse le philosophe spécialiste de la ville, Thierry Paquot. Pour lui, « la tour annonce alors la mort de la ville et elle y contribue »

(…) « Le coût énergétique pour produire les matériaux de construction, les aciers, les vitrages ultra sophistiqués concourent à rendre le modèle écologiquement discutable« , dit-il à l’AFP. Une fois érigées, les tours s’avèrent énergivores. D’autant qu’en termes d’infrastructures routières, de transports ou de réseau de distribution d’eau potable, « la facture énergétique est divisée par trois lorsque la densité de population est multiplié d’autant« , explique à l’AFP l’architecte et urbaniste Serge Salat. (…) Il voit là un argument supplémentaire en faveur de la ville compacte, dont Paris est l’illustration. Argument auquel on peut ajouter la préservation du lien social et de la qualité de vie que favorise la ville horizontale.  (…)

Pour lire l’article cliquez ici