Défendre l’héritage architectural : hommage à un architecte

par Marie Karel   (*)

Cela fait près de 20 ans que je consacre du temps et de l’énergie à la défense du patrimoine architectural et urbain à travers l’association SOS Paris. C’est un architecte, bien ancré dans son ère post-moderne, qui m’a inspiré l’amour du patrimoine dès le plus jeune âge : Lefteris Giannoulopoulos (Λευτέρης Γιαννουλόπουλος). Marié à ma cousine germaine, de plusieurs années mes aînés tous deux, ils jouaient le rôle de mentor et de conseiller pour moi.

À l’époque où j’étais étudiante à l’École d’architecture de Strasbourg, Lefteris m’encourageait à passer du temps, pendant les vacances, à faire des croquis d’après nature et des  photos des maisons traditionnelles du mont Pélion, pays de mes origines et de mon enfance, en Théssalie. Ce qui m’a permis de me familiariser avec l’architecture vernaculaire et d’apprécier, comme lui, l’héritage patrimonial et l’authenticité.

Mont Pélion. © Photo Marie Karel

Mont Pélion. © Photo Marie Karel

J’ai encore dans ma bibliothèque des livres que Lefteris, l’érudit, m’avait offerts à cette époque, comme l’Histoire sociale de l’art d’Arnold Hauser en traduction grecque, ouvrage qui a marqué mon éducation, peut-être plus que beaucoup d’autres. Des longues années plus tard, Lefteris continuait à me faire bénéficier de sa sagesse. J’avais régulièrement recours à ses conseils avisés depuis que j’ai commencé à écrire sur différents sites d’information français des articles sur l’actualité grecque.

Ancien élève de l’American College d’Athènes, Lefteris Giannoulopoulos avait été diplômé de l’École Polytechnique d’Architecture de Thessalonique (élève de Dimitri Fatouros – Δημήτρης Φατούρος- collaborateur de François Loyer  qui est membre aujourd’hui du conseil d’administration de SOS Paris) et écrit sa thèse à l’Université Strathclyde de Glasgow (Royaume-Uni). Francophone et francophile, il avait beaucoup voyagé en France. Sa passion pour la voile qu’il pratiquait assidûment chaque année, en mer Égée, l’avait poussé à se lancer dans la construction d’un voilier qu’il a achevé et conduit à son port d’attache en novembre 2012. Et c’était le dernier ouvrage réalisé par Lefteris… Emporté prématurément par une longue maladie, un mois plus tard, il a laissé à sa famille et à ses amis, un riche héritage de culture, l’éducation à des vraies valeurs, l’amour de l’authenticité, et des souvenirs impérissables…

______

(*) Marie Karel, nom de naissance : Μαρία Κατσιρέλου

 

Publier un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s