Le scandale du projet Ménilmontant

La Ville de Paris a projeté de construire sur le terrain de sport et le jardin public du quartier du Père Lachaise (XIe) un ensemble immobilier empilant 84 logements sociaux au-dessus d’un gymnase et d’une déchetterie tout en ayant fait croire qu’il serait possible de restituer les terrains de foot, de basket et les espaces verts qui existaient.

  1. MENSONGES ET MANIPULATIONS

Pour convaincre les habitants du bien fondé de sa démarche, la Mairie avait distribué un prospectus vantant un « projet innovant », mettant « l’espace public au cœur du projet ».

Dans le souci  de restituer  des espaces existants à la qualité environnementale reconnue, il devait être un « projet pilote du plan biodiversité ».

Voici ce que la Mairie avait présenté et distribué pour informer du projet : 

voici

 

edito

 

 

le-grand

 

Or voici la triste vérité contenue dans les plans du permis de construire finalement délivré :

triste-verite

 

Le jardin public arboré? Juste des pavés, des grilles et des jardinières en béton tristes à mourir.

Le « jardin public » se résume en fait à la voie de circulation passant entre les bâtiments et à un talus bétonné flanqué de jardinières pour intégrer l’issue de secours et le système de désenfumage de la déchetterie.

Des présentations aussi ridicules que trompeuses….

« Chouette une prairie où s’étendre au soleil » 

« Oui, enfin, sous une dalle de béton et en plein dans le passage »

La restauration des terrains de sport ? Le terrain de foot , réduit au strict minimum, est sur le toit de la déchetterie, encerclé par les gaines de ventilation de cet équipement. Quant au terrain de basket, prévu à 8m de haut et à seulement 2 m des fenêtres des riverains, et en flagrante incompatibilité avec le règlement d’urbanisme, le terrain de basket dessiné sur les plans n’a aucune chance de jamais accueillir le moindre joueur. Un terrain de basket à demeure dans son salon pour développer l’art du « vivre ensemble » !.

 

II. UN PROJET INDIGNE ET DANGEREUX

Pourrait-on imaginer construire des dizaines d’appartements dont les fenêtres donneraient sur la rampe d’accès à une déchetterie par laquelle transiteront 7j/7 dès 6h du matin des dizaines de camions bennes et de fourgonnettes chargées de gravats ? Est-il décent de condamner des familles demandeuses d’un logement à devoir subir les nuisances dues au bruit et aux émanations des véhicules devant pousser constamment les gaz sous leurs fenêtres pour gravir cette rampe très pentue? Est-ce cela la vision du logement social aujourd’hui ?

cela

En outre, quand on sait que presque tous les accidents mortels de cyclistes qui se sont produits à Paris impliquaient une fourgonnette ou un camion-benne tournant à droite, comment les services de la Ville ont-ils pu autoriser un projet qui reproduit exactement ce type de dangereuse configuration ? en faisant couper par ces camions une piste cyclable dont le caractère « structurant » est reconnu dans « le plan Vélos » qu’a voté le Conseil de Paris en 2015 ?

 

III. LA POLITIQUE DU FAIT ACCOMPLI vs DROIT A LA JUSTICE

Alors que plus d’une centaine d’habitants du quartier ont engagé des recours contre le permis de construire et attendent que le Tribunal puisse se prononcer sur toutes les illégalités qu’ils lui ont soumis, la Ville de Paris fait tout son possible pour tout détruire avant que la Justice n’ait rendu son verdict. En plein été, elle a fait détruire en quelques heures par une pelleteuse les installations sportives et déraciné les arbres qui y poussaient.

Le stade avant : 

avant

 

et … après :

apres

 

JARDIN DES JEUNES POUCES
Aujourd’hui, la mairie multiplie les tentatives de détruire le jardin des Jeunes Pouces, le seul lieu encore préservé de cet espace.A chaque fois, il faut que les voisins, vigilants s’interposent physiquement pour y faire échec.

jeunes-pouces

Publicités