Stade Ménilmontant : les habitants ulcérés

Des habitants trompés, des espaces publics confisqués,  les Parisiens et l’environnement méprisés. 

Le quartier du Père-Lachaise se révolte pour défendre son jardin !

La Ville de Paris a projeté de construire sur le stade Ménilmontant, en face du Père Lachaise (XIe), un vaste projet immobilier regroupant ensemble deux immeubles de logements sociaux de 9 étages, un gymnase, une déchetterie tout en recréant les terrains de sport extérieurs et le jardin public qui existaient.

20170120_113023

Alors que le projet avait été annoncé comme une opération vertueuse conciliant cadre de vie et préservation de l’environnement, le permis de construire délivré fin 2015 s’est révélé un véritable monstre urbain, un délire de bureaucrates sans queue ni tête.

Sans aucune gêne ni pour les riverains, ni pour les Parisiens qui vivraient dans les nouveaux logements, le projet prévoit d’implanter des dizaines de chambres à coucher juste au-dessus d’une longue rampe d’entrée dans la déchetterie devant être empruntée 7/7 de 6h à 19h par un ballet de camions bennes et de fourgonnettes remplies de gravats.

Le projet avait été présenté comme un « projet pilote » pour le nouveau plan biodiversité de la Ville de Paris avec un vaste jardin public arboré. Les plans du PC ne prévoient plus que deux arbres plantés sur une dalle de parking au milieu que de voies de circulation pavées et de jardinières en béton.

Ulcérés par tant de mauvaise foi et d’irresponsabilité, plus d’une centaine d’habitants se sont organisés pour engager un recours en justice visant à faire sanctionner une telle spoliation de biens publics.

Alors que la Mairie est incapable de fournir des éléments tangibles pour le défendre et que le Tribunal doit se prononcer prochainement, la Ville mène une politique de la « terre brûlée » en cherchant à tout détruire, le plus vite possible.

Fin juillet déjà, en plein été, elle a envoyé une pelleteuse détruire en quelques heures les installations sportives et déraciner tous les arbres qui s’y trouvaient sur le stade.

Alors que le jardin partagé des Jeunes Pouces reste le seul élément encore indemne de cet espace, la Mairie a tenté une première fois, en décembre, de manière grotesque et pitoyable de le détruire avant que les équipes de la Direction des Espaces Verts envoyés accomplir la sale besogne ne furent mis en déroute par les riverains vigilants, voici qu’elle recommence aujourd’hui vendredi 20 janvier.

Les habitants et les associations, nous sommes décidés à empêcher ce gâchis, contraire à l’intérêt général et à l’opposé des valeurs que la mairie prétend servir.

 

20170120_112550

C.N.