L’extension de Roland-Garros sur les Serres d’Auteuil jugée incompatible avec le lieu par le Tribunal

Communiqué de Presse des associations  – 24 mars 2016

Les travaux d’extension de Roland-Garros sur le Jardin des serres d’Auteuil suspendus par le Tribunal Administratif

1000978_1003972299681630_7414063064839617014_n-2

Les Serres d’Auteuil dans le bois de Boulogne

Les associations de protection de l’environnement et du patrimoine, FNE IDF (France Nature Environnement Ile-de-France), SOS Paris, la SPPEF (Société pour la Protection des Paysages et de l’Esthétique de la France) et les VMF (Vieilles Maisons Françaises) ont eu gain de cause en obtenant la suspension des travaux du complexe sportif de Roland-Garros sur le jardin des Serres d’Auteuil.
Aujourd’hui, le tribunal administratif de Paris, dans sa formation de référé, a confirmé les demandes des associations en jugeant que le projet d’un court de tennis de 5 000 places au cœur de ce jardin botanique unique n’est pas compatible avec le lieu, de sorte que les travaux doivent être suspendus en attendant un jugement définitif sur le fond.

Plan des Serres d'Auteuil

Plan des Serres d’Auteuil que Rolland Garros tente de « grignoter »

L’exigence d’un déclassement partiel préalable du Bois de Boulogne
Le Jardin botanique des Serres d’Auteuil est un lieu unique bénéficiant d’une double protection (au titre des sites comme élément constitutif du Bois de Boulogne, et au titre des Monuments historiques, pour la majeure partie de ses bâtiments et l’intégralité de son sol dans sa composition).
La privatisation d’une partie de ce jardin, jusqu’alors ouvert à tous est contraire à la vocation du Bois de Boulogne comme bien commun, dédié à la promenade publique et nécessitait un déclassement partiel préalable par le Conseil d’Etat.

La consécration du combat des associations 

Confortées dans le combat qu’elles mènent depuis plus de 5 ans, les associations rappellent qu’elles ont proposé des solutions alternatives, respectant le cahier des charges de la FFT et préservant le Jardin des serres d’Auteuil, notamment par la couverture partielle de l’autoroute A13 qui borde le complexe actuel sur toute sa longueur. Celle-ci a pour double avantage de doter la FFT d’un nouvel espace et d’effectuer une réparation écologique en offrant une nouvelle liaison du Bois à la ville.

Regrettant les dernières communications de la FFT, dénigrant voire ignorant le talent de Jean-Camille Formigé, les associations rappellent que Formigé est un des architectes les plus connus de son époque, au même titre que Eiffel ou Baltard. Nombre de ses créations participent aujourd’hui de la beauté de la France et, notamment de Paris, avec le square d’Anvers, la place de la Nation ou encore la décoration du pont de Bir-Hakeim. La protection d’une de ses œuvres les plus abouties est un devoir pour tous.
Egalement, l’artificialisation du jardin botanique est contraire aux engagements pris par l’Etat et la Ville de Paris pour lutter contre le réchauffement climatique lors des accords de Paris de décembre 2015.
Enfin l’obstination de la FFT sur ce projet risque de jeter le discrédit sur la candidature de Paris aux JO de 2024, en opposant au sport la protection de l’environnement et du patrimoine.
Contacts
Agnès Popelin – Vice-présidente de FNE-IDF | 06 79 68 41 90 | agnes.popelin@fne-idf.fr
Christine Nedelec – SOS Paris | 01 45 44 63 26 | sos.paris@orange.fr
Alexandre Gady – Président SPPEF | 06 62 60 74 55 | president@sppef.org
Philippe Toussaint – Président VMF | 06 18 41 59 30 | president@vmfpatrimoine.org
Isabelle Cassin – Genesis avocat I 01 56 59 42 53 I Isabelle.CASSIN@genesis–avocats.com