Passage des Patriarches (5ème)

Passage des Patriarches, au cœur du secteur historique Mouffetard : trop étroit pour les architectes contemporains ?

Octobre 2011

Devrait-on crier « sacrilège » chaque fois qu’on voit un mur de béton s’élever dans un quartier historique ? Il faut croire que oui, puisque les constructions contemporaines réussissent rarement le pari de s’implanter dans un environnement de bâti ancien sans en déranger l’ordre, gâcher l’harmonie et altérer le caractère. C’est du moins ce que nous avons eu trop souvent l’occasion de constater dans Paris. Le 5-7-9 passage des Patriarches est une adresse discrète qui jouxte la rue Mouffetard, et possède, d’autre part, un accès du côté de la rue des Patriarches, au niveau du 14. La perspective de démolition d’une ancienne Concession Renault, actuellement sur le site, a donné prétexte à la naissance d’un projet de construction d’un ensemble d’architecture contemporaine.

Ses concepteurs mettent en avant, comme il se doit, le principe du respect du site ancien et évoquent « une volumétrie présentant une architecture contemporaine en dialogue avec le paysage architectural voisin » (sic). La hauteur projetée reste dans le gabarit des immeubles voisins, conformément au PLU. Mais la largeur du passage de ce quartier médiéval de la Montagne Sainte Geneviève étant estimée trop petite par les architectes du projet actuel, un retrait par rapport à l’alignement existant est prévu pour « apporter une aération importante au passage » ! Un autre argument avancé dans le texte de présentation du projet, surprend : « aujourd’hui clos, le passage étroit est devenu un lieu de tags » !… On y lit aussi que le retrait par rapport à l’alignement actuel permettrait « de mettre en place un jardin avec un arbre » ! On peut se demander ce qui est compris dans les cabinets d’architecture et d’urbanisme contemporains, par « respect de l’environnement existant » ou d’intégration dans une ville ancienne, pour qu’ils commencent par redessiner le tracé des rues et des passages.

L’interprétation du « dialogue » avec le voisinage ancien donne lieu à d’autres nouveautés : la présence du zinc sur les toits aux alentours a inspiré « une enveloppe en zinc naturel » pour les façades… Une partie du garage existant sera « sauvegardée » (sic) et consolidée par une structure en béton et acier… Et pour répondre au plan climat de Paris, certaines parties des façades auront un revêtement en bois (ce qui peut être bon pour la… conscience) ! Des fenêtres carrées « d’un seul vantail » seront  « alignées tant verticalement qu’horizontalement » (ce qui est remarquable !)… Enfin, les couleurs projetées sont orange sur la finition bois, et gris sur la finition zinc…

Une fois de plus, un espace en plein secteur historique, en l’occurrence la Montagne Sainte Geneviève, est condamné à être dénaturé, sinon dégradé. Située en ligne droite de l’église Saint Médard qui est classée monument historique, la parcelle du 5-7-9 passage des Patriarches mériterait un traitement autrement plus respectueux et exigeant en ce qui concerne les plans et les matériaux retenus. Et des concepteurs sans complexe sachant apprécier l’héritage ancien. Ce n’est pas le lieu idéal pour mettre en application les dernières tendances…

M.K.

Publier un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s