L’avenir de l’atelier Picasso (6e)

par Colette de Wiljes

« C’est le seul lieu de création de Picasso à Paris resté à peu près en l’état, il serait incompréhensible qu’il soit détruit, alors que le Musée Picasso vient d’ouvrir à grand bruit ». C’est la position du Comité de Défense constitué pour s’opposer à la transformation des 2 étages du grenier de l’immeuble du 7, rue des Grands Augustins, en suite de luxe dans la résidence hôtelière projetée.

Ce Comité, présidé par la comédienne Marie-Christine Barrault, a reçu le soutien de nombreuses personnalités du monde artistique et culturel parisien, parmi lesquelles Me Roland Dumas, l’actrice Charlotte Rampling, l’écrivain Frédéric Beigbeider… Le Président de la République, le Premier Ministre et la Mairie de Paris ont été alertés. Une première retombée a été le classement à l’unanimité de ces deux étages et de la cage d’escalier qui les dessert, par la Commission Régionale du Patrimoine et des Sites le 13 mai 2014.

PhAtelierPicasso

 

Cependant, le propriétaire, la Chambre des Huissiers de Justice de Paris a déposé une demande de permis de construire le 5 août 2014, sans mentionner ce classement, en vue de réaliser une opération immobilière. La protestation du Comité est énergique…

Il faut reconnaître que l’histoire de l’immeuble et du Grenier peut justifier des égards : le 7, rue des Grands Augustins est l’ancien hôtel particulier Hercule, puis de Savoie, où Balzac situe des scènes de son livre « Le Chef d’œuvre inconnu ». La Chambre des Huissiers de Paris, devenue propriétaire en 1925, loue le Grenier à des hôtes de marque. Tout d’abord, la première Compagnie de Jean-Louis Barrault, de 1934 à 1936. C’est là que se préparent les représentations de la troupe, et le lieu fut fréquenté par Claudel, Artaud, Aragon, Cocteau, Sartre, et bien sûr Madeleine Renaud … Ensuite, Picasso y établit son atelier pendant près de 20 ans, de 1936 à 1955. C’est au Grenier qu’il peignit Guernica en 1937, l’un des tableaux les plus célèbres du monde, stigmatisant les horreurs de la guerre, et il y dessina également la colombe devenue symbole du mouvement pour la paix. Après le départ de l’artiste vers le Midi en 1955, le grenier lui servit de réserve, jusqu’à ce qu’une expulsion sans ménagement de la Chambre des Huissiers le déloge en 1965.

En 2002, cette institution, avec l’idée d’améliorer son image auprès du public, passe une convention de mécénat avec le Centre National pour l’Education Artistique ( CNEA ) qui s’intéresse au développement de l’éducation artistique en milieu scolaire. Les lieux sont réhabilités par le CNEA avec appel au mécénat, et le Centre organise expositions, concerts, séances éducatives … Brutalement, en 2010, la convention n’est pas renouvelée, et malgré les réclamations du CNEA, celui-ci est expulsé des lieux en novembre 2013, décidément une habitude pour la Chambre des Huissiers … Maintenant l’Atelier est fermé en attendant la fin de l’instruction du Permis de Construire.

L’issue de ce permis n’est pas assurée, même si Anne Hidalgo, maire de Paris, a fait part de son soutien au Comité de Défense, et si le 24 novembre dernier, le maire du VI ème Jean-Pierre Lecoq a donné un avis très défavorable au projet immobilier. « Rien n’est gagné, rien n’est perdu » affirme Alain Casabona, délégué du CNEA et animateur du Comité de Défense. Il connaît la détermination de la Chambre des Huissiers qui serait prête à aller jusqu’au Conseil d’Etat. Pour le moment, l’avis de l’architecte des Bâtiments de France est attendu.

Alain Casabona souhaite « rendre sa vocation culturelle et patrimoniale à cet immeuble dont le grenier doit rester ouvert au public ». Il propose l’installation d’une fondation avec l’aide des descendants de Picasso, et a lancé l’idée de la nomination d’un médiateur pour tenter de trouver une solution.

 

12 janvier 2015

 

 

 

Publier un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s