Musée Hebert : imbroglio juridique et financier

Par Colette de Wiljes

À trop vouloir bien faire, tout se trouve ficelé et impossible à démêler … C’est un peu le constat que l’on peut faire quand la curiosité vous pousse à vouloir connaître le pourquoi de la fermeture depuis plusieurs années du charmant Musée Hébert rue du Cherche-Midi, fermeture qui s’accompagne de la mise sous filet d’une partie de la façade.

Ernest Hébert (1817-1908) a été un peintre en vogue au Second Empire et sous la IIIème République. Il a connu la célébrité, notamment pour ses portraits mondains et ses scènes paysannes inspirées de l’Italie qu’il aimait beaucoup.

Musée Hébert 21/03/2015

Musée Hébert 21/03/2015

A sa mort, le fils adoptif de sa veuve, Patris d’Uckermann voulut laisser à la postérité une belle collection de l’artiste et un lieu où l’exposer, l’Hôtel de Montmorency au 85 de la rue du Cherche-Midi (6ème arrondissement). Il légua également à l’État deux immeubles de rapport dont les revenus devaient assurer le financement du fonctionnement du musée … Ces donations échelonnées dans le temps ont été attribuées à des bénéficiaires différents, ainsi la collection de l’artiste est revenue au Musée d’Orsay, la propriété de l’hôtel de Montmorency à la Réunion des Musées Nationaux, RMN, et les immeubles de rapport à la Fondation de France …

Aujourd’hui, tout se trouve bloqué à la suite de la dégradation de l’état du musée. En effet, d’un côté, se trouve un propriétaire, RMN, qui n’a pas d’argent pour financer les lourds travaux de réhabilitation de l’Hôtel, d’un autre la Fondation de France qui bénéficie des rentrées financières des immeubles de rapport, mais ne se presse pas d’examiner le problème de la rénovation du musée… Heureusement, la collection Hébert qui comporte des tableaux et un fonds intéressant de photos d’Italie, elle, est bien entretenue par le Musée d’Orsay.

Yves Badetz, conservateur général du patrimoine, directeur de ce musée fantôme, estime que pour dénouer cet imbroglio juridique, il convient de respecter le souhait du donateur, qui était d’assurer l’exposition des œuvres d’Ernest Hébert dans l’Hôtel de Montmorency. Ainsi, sans s’engager dans l’idée de casser la donation, sa révision est envisagée avec l’accord de la Fondation de France, légataire universel. Une première étape serait de transférer la propriété des murs au Musée d’Orsay. Ensuite, viendra la question du financement des travaux, estimés à 14 M€, ce qui est beaucoup pour environ 1.800m2 de surface disponible ! Mais l’agencement des lieux est à revoir entièrement, avec au préalable le départ de locataires qui occupent une partie des lieux. Une question peut être posée : les biens remis à la Fondation de France sont-ils seulement inaliénables ou doivent-ils rester au service des intentions premières des donateurs ? Ne pourrait-on envisager la vente du ou des immeubles de rapport pour financer ces travaux ?

Il serait dommage que cet hôtel XVIIIème, dont la façade est inscrite aux Monuments Historiques ne retrouve pas sa vocation d’héberger les œuvres d’Ernest Hébert, et d’être ouvert au public, comme le souhaitait le donateur …

Et, à une autre échelle, lorsqu’on se promène le long de la rue du Cherche-Midi, bordée de nombreux hôtels célèbres, l’idée vient de proposer la création d’un comité de cette rue, pour en assurer la protection et le rayonnement, qu’en pensent les riverains ?

 

Publier un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s