Vitruve : Les 10 livres à télécharger

Les_dix_livres_d_architecture_de_Vitruve (en pdf) sont disponibles au téléchargement.

Firmitas (solidité ou robustesse)
Utilitas (commodité ou utilité)
Venustas (beauté ou volupté)

L'homme de Vitruve par Léonard de Vinci. Remerciements à Luc Viatour.

L’homme de Vitruve par Léonard de Vinci. Remerciements à Luc Viatour.

Marcus Vitruvius Pollio, connu sous le nom de Vitruve, (90 av. J.-C.- 20 av. J.-C.) architecte, a vécu à Rome au temps de l’empereur  Auguste.

Son traité, De Architectura, écrit probablement vers -25 av. J.-C., représente l’essentiel des connaissances sur les techniques de construction de l’Antiquité classique, et constitue en lui-même un document de base intemporel de l’architecture. Pour Vitruve, l’architecture est imitation de la nature, l’édifice doit s’insérer harmonieusement dans l’environnement naturel. L’architecte doit posséder une culture générale vaste et également philosophique…

Vitruve présentant De Architectura à Auguste. Par Sebastian Le Clerc, 1684

Vitruve présentant De Architectura à Auguste. Par Sebastian Le Clerc, 1684

« L’architecture est une science qui embrasse une grande variété d’études et de connaissances ; elle connaît et juge de toutes les productions des autres arts. Elle est le fruit de la pratique et de la théorie. La pratique est la conception même, continuée et travaillée par l’exercice, qui se réalise par l’acte donnant à la matière destinée à un ouvrage quelconque, la forme que présente un dessin. La théorie, au contraire, consiste à démontrer, à expliquer la justesse, la convenance des proportions des objets travaillés. Aussi les architectes qui, au mépris de la théorie, ne se sont livrés qu’à la pratique, n’ont pu arriver à une réputation proportionnée à leurs efforts. Quant à ceux qui ont cru avoir assez du raisonnement et de la science littéraire, c’est l’ombre et non la réalité qu’ils ont poursuivie. Celui-là seul, qui, semblable au guerrier armé de toutes pièces, sait joindre la théorie à la pratique, atteint son but avec autant de succès que de promptitude. »

Vitruve, De l’architecture, livre 1.

Claude Perrault, architecte et médecin français du 17e siècle qui a traduit Vitruve en français, a formulé la « triade vitruvienne » à partir de ce texte de Vitruve :

« Dans tous ces différents travaux, on doit avoir égard à la solidité, à l’utilité, à l’agrément : à la solidité, en creusant les fondements jusqu’aux parties les plus fermes du terrain, et en choisissant avec soin et sans rien épargner, les meilleurs matériaux ; à l’utilité, en disposant les lieux de manière qu’on puisse s’en servir aisément, sans embarras, et en distribuant chaque chose d’une manière convenable et commode ; à l’agrément, en donnant à l’ouvrage une forme agréable et élégante qui flatte l’œil par la justesse et la beauté des proportions. »

— Vitruve, De l’architecture, livre 1.
Cette « triade vitruvienne » défendue par Claude Perrault, résume de façon condensée et simpliste les trois principes que l’architecture doit satisfaire et qui demeurent intemporels :

Firmitas (solidité ou robustesse)
Utilitas (commodité ou utilité)
Venustas (beauté ou volupté)

Les dix livres de Vitruve en pdf sont proposés au téléchargement sur ce lien : Les_dix_livres_d_architecture_de_Vitruve (26,9 Mo)