Posts tagged ‘BNF Richelieu’

08/03/2017

Le bulletin n° 99 de SOS Paris est en ligne

Nous venons de boucler le dernier bulletin qui est désormais disponible en ligne. Les abonnés de SOS Paris le recevront, en plus, imprimé dans leurs boîtes à lettres les jours qui viennent.

L’éditorial d’Olivier de Monicault, président de SOS Paris, est consacré à l’architecture métallique, invitant à regarder d’un autre oeil cet aspect du patrimoine parisien, si riche et si varié, pour donner l’envie de le préserver et le mettre en valeur.

 

Dans le sommaire de ce numéro l’article de François Loyer : « L’Ile de la Cité, usine à touristes » qui analyse le projet de Dominique Perrault et soulève des questions : un parcours unique par voie souterraine pour un tourisme conçu à l’échelle industrielle, la couverture de dix-sept cours intérieures au sein des principaux monuments, la saturation monofonctionnelle de l’espace, la démolition des constructions du Marché aux fleurs, et liste est encore plus longue… « Tout est fait pour congestionner le site au motif de le mettre en valeur », constate M. Loyer. « Que le Centre des Monuments Nationaux soutenu par la Ville de Paris, tente une OPA sur le site de Notre-Dame est une chose. Que cette OPA réussisse en est une autre. » (Article à paraître dans son intégralité sur ce site).

Louis Goupy signe l’article « Modernité discordante » au titre explicite, pointant l’architecture de rupture dans le 2e arrondissement. La BNF Richelieu, l’hôtel XVIIIe du 94 boulevard Raspail et la question des espacées verts protégés (EVP), la sous-station Voltaire, le projet immobilier du stade Ménilmontant, la ZAC Bercy Charenton, le square du Clos Feuquières, la tour Triangle, les Serres d’Auteuil, l’aménagement de la Porte Maillot, l’église Saint Bernard de la Chapelle à la Goutte d’Or, font partie des nombreux sujets traités dans ce numéro.

Le nouveau bulletin e st à télécharger sur ce lien : SOS PARIS-N°99 final

 

 

20/04/2016

Détruire l’escalier de la BNF Richelieu classée monument historique, un saccage de plus à subir par le patrimoine parisien

Communiqué de presse de SOS Paris

160413 escalier BNF Richelieu condamné pano 2

On a beaucoup parlé de la rumeur de la démolition de cet escalier, construit par Jean-Louis Pascal (1837-1920) autour de 1908 en prolongement de l’escalier d’honneur conçu par Henri Labrouste. Il mène au « Cabinet des Médailles et Antiques », le plus ancien musée de France (*).

Il y a déjà longtemps, la DRAC avait pris la décision de démolir cet escalier et de le remplacer par un concept moderne de l’architecte Bruno Gaudin. Mais aujourd’hui nous pouvons constater qu’après des années de travaux de rénovation, de pétitions pour le conserver et d’hésitations, l’escalier est toujours là ! Cet escalier a été classé monument historique en 1983. Lors de son classement, on vantait son aspect monumental, ses lignes et la qualité de sa réalisation. Maintenant, 33 ans plus tard, serait-il tout d’un coup devenu un vulgaire objet gênant qu’il faut éliminer ?
L’aspect de l’escalier est certes monumental ; oui, il « mange » un peu le hall d’entrée par son volume mais il est en parfait état. Sa belle rampe conserve encore des éléments de l’escalier du XVIIIème siècle construit par Robert de Cotte (1656-1735). Pourquoi le remplacer quand l’argent manque ? N’avons-nous pas d’autres priorités ?
On nous objecte que l’escalier n’est pas pratique pour donner accès aux divers niveaux, qu’il est en partie « monté à l’envers » etc. Il est évident que l’escalier occupe un espace important et que son articulation avec le reste du bâtiment n’est pas parfaite. Cela justifie-t-il pour autant sa démolition ?
Même sans parler de la valeur patrimoniale de l’escalier, sa disparition détruirait irrémédiablement l’harmonie d’un ensemble. Nous espérons que si la DRAC n’a toujours pas joint l’acte à la parole, c’est qu’elle a des remords sur la validité de sa décision et pourrait un jour l’annuler!

Contact de presse:

Christine Nedelec, 06 84 18 65 21,

e-mail : sos.paris@orange.fr

________________________________

(*) Le Cabinet des Médailles et Antiques est le plus ancien musée de France. Ouvert dès le XVIIème siècle, il a pour point de départ le trésor des rois de France. Au fil des siècles, il s’est enrichi de collections de premier plan (antiques du comte de Caylus, donation du duc de Luynes, legs Froehner…), et au travers des saisies révolutionnaires (trésor de l’abbaye de Saint-Denis). Particulièrement riche en céramique grecque, pierres fines, numismatique, marbres romains, orfèvrerie, ivoires, bronzes de toutes époques, ses collections font référence dans tous ces domaines.