Posts tagged ‘Fédération française de tennis’

29/03/2017

Feuilleton des Serres d’Auteuil : de rebondissement en rebondissement

Par Lise Bloch-Morhange

Porte-parole du Comité de soutien des Serres d’Auteuil

Décidément, le feuilleton des Serres d’Auteuil ne cesse de connaitre rebondissement sur rebondissement.
Rappelons que le jugement au fond du Tribunal de Grand Instance du 10 novembre dernier, basé sur le droit moral, a débouté les héritiers de l’architecte Jean Camille Formigé de tout recours, allant jusqu’à refuser de reconnaitre que le « Fleuriste municipal », inauguré en 1898, était une création originale de leur ancêtre. Le plus étrange étant que, dans leur mémoire, les avocats de la FFT ((Fédération Française de Tennis) ne cessaient de dire que le projet de la FFT préservait l’originalité et la beauté de l’œuvre de Formigé ! La position des juges du TGI s’est donc révélée d’une mauvaise foi telle que les défenseurs du jardin botanique ont reporté tous leurs espoirs sur l’audience au fond devant le tribunal administratif (TA) du 19 janvier dernier.

Le trou déjà creusé pour le futur court semi-enterré. ©Photo Lise Bloch-Morhange

Depuis la veille, ils savaient par leurs avocats que la rapporteure publique (Madame Baratin, cela ne s’invente pas !) allait recommander aux juges d’annuler le permis de construire sur le jardin botanique. Il s’agissait d’un argument ajouté au dossier dans un deuxième temps, faisant valoir que lorsque le préfet d’Ile-de-France avait signé les permis de construire en décembre 2013, il se trouvait dans l’illégalité pour ne pas avoir demandé préalablement le déclassement partiel du jardin dont la totalité du sol est inscrite monument historique depuis l’arrêté du 1er septembre 1998 (année du centenaire).
C’est donc par cet argument que la rapporteure publique a débuté sa plaidoirie. Elle n’a pas manqué de souligner qu’en la suivant sur ce point, les juges du TA se trouveraient en contradiction avec le Conseil d’Etat : saisi en appel par la FFT  à la suite du référé du 24 mars ordonnant l’arrêt des travaux, dans un avis daté du 3 octobre dernier il avait estimé que la fédération de tennis n’avait pas besoin de demander le déclassement partiel du site au titre des sites (monument naturel), puisque les travaux de la FFT ne concernaient qu’un hectare du jardin, ce qui représentait peu de choses par rapport à la totalité du Bois de Boulogne (sic !) ! Il déclarait en outre qu’au titre des compensations, un hectare de pelouse supplémentaire à Roland- Garros valait bien un hectare du jardin botanique! Encore plus ahurissant, le Conseil d’Etat, outrepassant clairement ses fonctions, ajoutait que l’architecture des constructions projetées s’apparenterait à celle des serres historiques d’Auteuil conçues par Jean-Camille Formigé ! Autrement dit : du fer blanc s’harmoniserait avec les grandes serres aériennes « bleu Formigé » !

Quant au fait que le jardin était inscrit monument historique, ajoutait la rapporteure, le Conseil d’Etat l’avait tout simplement écarté sans argumenter. Et ce alors que l’arrêté d’inscription spécifiait bien qu’il concernait « la totalité du sol dans ses limites actuelles ». D’ailleurs, disait-telle, les travaux prévus par la FFT porteraient atteinte au « caractère d’art ou d’histoire » du site qu’implique l’inscription aux monuments historiques.
Bien qu’elle ait ensuite écarté tous les autres arguments d’urbanisme soulevés par les avocats des associations, sachant que l’avis du rapporteur public est généralement suivi par les juges, nous étions relativement confiants.

On imagine donc notre déception lorsque le jugement du TA est tombé dans l’après-midi du 3 février, validant le permis de construire de la FFT dans le jardin, soit la construction d’un stade de tennis de 5 000 places, et la transformation des bâtiments inscrits de l’Orangerie et du Fleuriste en locaux commerciaux Roland-Garros.
Le jugement affirme que les travaux de la FFT sont « compatibles avec l’intérêt d’art ou d’histoire ayant justifié l’inscription  d’une partie du Jardin  des serres d’Auteuil au titre des monuments historiques et ne compromettent pas sa préservation ».
Cette assertion semble tout à fait contestable, puisque l’inscription aux MH (Monuments Historiques) concerne la totalité du sol du jardin et non pas « une partie », et que l’on voit mal comment un stade de tennis serait compatible avec un chef d’œuvre architectural et paysager de la fin du XIXème siècle, sur un site choisi dès le siècle précédent par Louis XV pour y assouvir sa passion de la botanique.

*****************

Sauvons les Serres d’Auteuil sur Facebook

Pétiition Sauvons les Serres d’Auteuil sur Facebook

 

Articles de SOS Paris :

Serres d’Auteuil : une réponse à Paul Chemetov par François Loyer 26/10/2016

Serres d’Auteuil, rebondissement : le TGI suspend les travaux au nom du droit d’auteur de leur architecte 23/12/2015

03/10/2016

Décision du Conseil d’État – Communiqué de presse des associations

Le Conseil d’État a autorisé, ce lundi, la Fédération Française du Tennis à poursuivre ses travaux d’extension sur le site classé des Serres d’Auteuil.

Communiqué de presse des associations : VMF, SPPEF, SOS Paris, APP, FNE ID

photo-lise-bloch-morhange-2011-002

Lundi 3 octobre 2016 

Le mode d’emploi du Conseil d’Etat pour contourner les règles de protection du patrimoine et de l’environnement…  

Aujourd’hui, le Conseil d’Etat a autorisé la Fédération Française de Tennis à reprendre les travaux de destruction du jardin des Serres d’Auteuil. Il a statué en appel de l’ordonnance de référé sur la suspension des travaux de destruction et de dénaturation du jardin des Serres d’Auteuil et l’annule ; ceci pour les besoins d’extension du tournoi de tennis des internationaux de France (qui a lieu 15 jours par an).

Les associations de protection de l’environnement et du patrimoine sont scandalisées par cette décision teintée de politique. Elles continuent le combat. Elles regrettent cette décision par laquelle l’intérêt privé de la Fédération Française de Tennis (FFT) passe avant l’intérêt public d’un jardin botanique, conservatoire d’espèces florales rares, protégé au titre de l’environnement et du patrimoine et ouvert toute l’année au public.

Les associations rappellent que ce passage en force, en opposition avec la société civile (80 000 signatures) et de certaines personnalités politiques, ou membres du gouvernement (comme Ségolène Royal, Ministre de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie), décrédibilise Paris dans sa candidature pour les Jeux Olympiques de 2024. 

L’objectif de cette dernière étant de « prouver que le sport est porteur de valeurs profondes et durables, dans des domaines aussi divers que l’éducation, l’environnement, la santé, la cohésion sociale ou le bien-être ».

Suite à cet épisode, les associations, engagées depuis longtemps sur cette affaire, continueront leur combat devant le Tribunal Administratif de Paris et attendent le résultat du recours des héritiers Formigé devant le Tribunal de Grande Instance de Paris. Les associations de protection de l’environnement et du patrimoine, APP (Association du quartier du Parc des Princes pour la sauvegarde de ses caractéristiques), FNE IDF (France Nature Environnement Ile-de-France), SOS Paris, la SPPEF (Société pour la Protection des Paysages et de l’Esthétique de la France) et les VMF (Vieilles Maisons Françaises) avaient en effet obtenu, le 24 mars dernier, du Tribunal Administratif l’ordonnance de suspension des travaux du stade Roland-Garros dans le jardin botanique des Serres d’Auteuil (au coeur du site classé du Bois de Boulogne). 

________

Contact presse pour SOS Paris :

Christine Nedelec, 06 84 18 65 21 

e-mail : sos.paris@orange.fr

23/12/2015

Serres d’Auteuil, rebondissement : le TGI suspend les travaux au nom du droit d’auteur de leur architecte

C’est au nom du « droit d’auteur » que le Tribunal de Grande Instance de Paris, saisi en référé par les héritiers de l’architecte des serres Jean-Camille Formigé (1845-1926), a ordonné la suspension des travaux d’extension de Roland-Garros sur les serres d’Auteuil, engagés par la Fédération Française de Tennis.

Le jardin classé des Serres d'Auteuil dans le Bois de Boulogne

Le jardin classé des Serres d’Auteuil dans le Bois de Boulogne

Une décision applicable dans les 72 heures à compter de la signification de la décision, pour une durée maximum de trois mois, sous astreinte de 10 000 euros par infraction constatée, à raison d’une infraction maximum par jour, qui condamne en plus la FFT à verser 2 000 euros au titre des frais de justice aux consorts Formigé.

La projet de la FFT s’attaque non seulement à un jardin botanique classé monument historique et défendu par des nombreuses associations, mais aussi au droit d’auteur de l’architecte du lieu. Toutefois, la Fédération s’apprête à faire appel, convaincue de son bon droit à agir contre lois et opinion publique !

Revue de presse :

Le Point

Batirama

Le Moniteur

BatiActu

 

10/03/2015

Serres d’Auteuil : appel à manifester samedi 21/03

Mis à jour le 25/03/2015

Avec le soutien des écologistes et notamment d’Yves Contassot les défenseurs des Serres d’Auteuil se mobilisent et appellent à une manifestation le samedi 21 mars à 15h sur place, dans le jardin. 

Lire l’article

 

Jardin des Serres d'Auteuil dans le Bois de Boulogne

Jardin des Serres d’Auteuil dans le Bois de Boulogne

La pétition « Sauvons les serres d’Auteuil » est lancée pour défendre la préservation du site, par son Comité de soutien,  et elle a déjà réuni à ce jour plus de 61.320 signatures. Elle peut être signée en ligne sur ce lien