Posts tagged ‘rue de Rivoli’

06/10/2016

Comment… abîmer Paris ? Par Mary Campbell Gallagher

Article publié sur le blog Architecture here and there de David Brussat 

Traduit par Harold Hyman 

Les consciences du monde entier ont hurlé lorsque les sicaires de Daech ont frappé de leurs marteaux les musées d’Irak et ont dynamité Palmyre. Et pourtant, ce n’est pas uniquement au Moyen-Orient que tout va mal pour le patrimoine : que penser lorsque le vandale est une femme parisienne habillée tendance et qui parle un langage visionnaire ? Que penser si cette même dame à pour cible le patrimoine de la ville la plus adulée et visitée au monde ? Les consciences vont-elles alors se réveiller, ou sont-elles indifférentes aux visions inconcevables de cette dame ?

IMG_0573Rue de Rivoli, la Samaritaine, au fond le Louvre, mai 2016. Photo MK.

“Nous aurons toujours Paris”, dit Rick à Elsa dans le film Casablanca. Or dernièrement, la maire de Paris, Anne Hidalgo, se vante de “réinventer” Paris. Sans en référer à l’électorat parisien, sa vision remplacerait cette ville incomparablement harmonieuse par quelque chose de plus “moderne” et “contemporain”. Elle irait percer l’horizon historiquement bas en douze points au moyen de  gratte-ciel, elle remplacerait les façades en pierre de  taille par des parois en verre, et enfouirait les célèbres toitures de zinc et d’ardoise sous de nouvelles surélévations. My God! Ne voit-on pas ce que Paris s’inflige à lui-même?

Réveillez-vous, consciences du monde ! Madame Hidalgo va ravager Paris comme l’armée d’Attila le Hun a ravagé l’Europe. S’exprimant dans le langage codé du capital mondial, elle va parsemer la silhouette urbaine de gratte-ciel dernier cri, aux formes bizarres, l’un en triangle, l’autre en boîtes de verre superposées, un autre encore en forme de deux tours penchées. Voilà qui s’appelle “réinventer”. Pour l’heure, Paris reste une ville de pierre. La maire va y introduire une morphologie de béton-verre-métal qui transforme déjà tant de villes du monde en clones. “Réinventer”, c’est ça.

Les consciences sont-elles si intoxiquées, si hypnotisées, par les mots “moderne” et “contemporain”, si intimidées par les stars internationales de l’architecture et du commerce, si fascinées par la toilette élégante de la maire, qu’elles puissent regretter Palmyre tout en oubliant Paris?

Quelqu’un peut-il sincèrement croire aux assurances de la maire ? Quels panneaux-solaires magiques peuvent-ils rendent ces édifices de verre écologiques ? Les géants corporate vont-ils vraiment se réimplanter à Paris une fois  que s’érigera une nouvelle tour — comme la Tour Montparnasse honnie —   au-dessus des immeubles de six à huit étages ?

En tant que correspondante américaine de SOS Paris, l’association française de conservation du patrimoine parisien, et en tant que fondatrice de la Coalition Internationale pour la Préservation de Paris, je sais que ces luttes ne sont que des escarmouches dans la guerre plus vaste pour Paris. Nous partageons la profonde satisfaction de toute l’humanité devant toutes les villes vénérées et exceptionnelles, Paris en  tête. Nous nous battons, surclassés par la trésorerie et les relations publiques de nos adversaires, pour défendre les traditions urbaines forgées par la longue et tumultueuse histoire de Paris, face à une architecture mondialisée et standardisée.

Si nous sommes les David de la Bible, alors les Goliath de cette affaire sont sûrement les grandes multinationales, les architectes vedettes, et les politiciens à l’Hôtel de Ville. Eux tous sont les artisans déchaînés d’un nouveau Paris bling-bling. Pour eux, c’est un Paris plus “innovant” qu’il nous faudrait à tous. Leur vœu nous rapprocherait Paris de New York, de Tokyo, et de tout autre capitale économique.

Le 19 juin, la maire a remporté un franc succès lorsque le Conseil d’Etat a permis à la Mairie de dévier du plan d’urbanisme pour délivrer un permis de construire qui entacherait la beauté du centre historique de Paris. Le géant de la distribution de biens de luxe LVMH a reçu l’aval de la cour pour planter, incroyablement, un énorme mur de verre ondulant au beau milieu des rangées de façades de pierre alignées sur cette rue emblématique de Paris, la rue de Rivoli. Haut de sept étages, sans portes ni fenêtres, et à 73 mètres presque aussi long qu’un stade de football, cet immeuble sera un genre de vaisseau spatial posé dans le centre de Paris.

Le Conseil d’Etat a souligné que cette structure extraterrestre est bien “contemporaine”. Or la cour d’appel administrative avait bien qualifié le projet de “dissonant”. Mettez l’immeuble dans un centre commercial à côté d’une autoroute, et il pourrait avoir sa place. Dans le Paris central, cet idéal d’urbanité, cette façade fait l’effet d’un ivrogne qui s’impose dans un salon. Désormais, la rue de Rivoli commencera à perdre de son élégance par mille plaies, les nouvelles façades rivalisant de “dissonance”.

Les promoteurs prétendent que sans ces nouveautés Paris deviendra un musée, comme Venise. En fait, Paris est l’une des villes les plus animées du monde. Une façade de verre incongrue sur la rue de Rivoli ajouterait-elle à l’animation ? On demande à voir ! Nous autres défenseurs du patrimoine ne sommes pas opposés aux projets immobiliers. Olivier de Monicault, président de SOS Paris, convient que la construction dans Paris intramuros étant inévitable, “les démolitions sont inévitables”. Nous voulons que Paris garde sa vitalité et se développe — mais en harmonie avec ses traditions.

L’Hôtel de Ville de Paris a  troqué l’élégance française pour une rupture mondialisante. Que l’opinion internationale s’émeuve autant pour Paris que pour Palmyre ! Qu’elle soutienne le peuple de Paris. Il est infiniment triste de penser à ce que nous sommes en train de perdre.

Par Mary Campbell Gallagher _________________________ Version originale en anglais sur le blog de David Brussat

Publicités
09/07/2015

Modification du PLU : jusqu’au 10 juillet pour noter vos observations dans les mairies

Modification du PLU (Plan Local d’Urbanisme) : Un petit mois offert royalement aux Parisiens pour analyser cet énorme dossier et découvrir les modifications apportées c’est beaucoup trop de place laissée aux citoyens vous ne trouvez pas ? Il ne vous reste donc que jusqu’au 10 juillet pour noter vos observations sur les registres d’enquête publique des mairies d’arrondissement…

10988100_872967286115466_9115559193717977117_o

Lettre aux Conseillers de Paris  : Comme notre ami Colum Mulhern ne vous privez pas de les interpeller sur ce sujet brûlant…

Rapport de présentation de la modification du PLU – Projet 2015 soumis à enquête publique

Luxembourg, le 09 juillet 2015
Madame la Conseillère, Monsieur le Conseiller,
La consultation discrète du public dans le cadre de la modification des PLU se termine demain. Une lecture du Rapport de Présentation montre qu’il est bien possible de planter n’importe quelle bombe à retardement parmi les multiples références et renvois, comme par exemple dans l’Annexe II du Tome 3.
Monsieur Delanoë a ouvert une véritable boîte de Pandore quand il s’est penché sur l’urbanisme de Paris, et surtout sur la question de la hauteur des bâtiments. Vous avez, en tant que Conseillères et Conseillers, la possibilité de refermer la boîte et de créer les conditions réglementaires pour préserver la vraie grandeur de Paris. Peut-être qu’il serait même possible d’éviter la construction future de gratte-ciels en incluant les bons textes dans les PLU et en définissant une hauteur maximum de 20 mètres pour toute nouvelle construction.
Depuis le Moyen-âge Paris a été bâti d’une manière très dense avec des immeubles collectifs ayant une hauteur de façade de 17 à 18 mètres. Entre la Révolution et la fin du XX siècle les hauteurs étaient de 18 à 20 mètres avec 1 niveau dans une mansarde. Ces dimensions sont restées d’usage, sauf pour l’augmentation du nombre de niveaux permis dans les mansardes, jusqu’aux années ’60-70 quand la législation a été adaptée afin de se conformer à “l’esprit du temps“. Déjà en 1977 cette nouvelle législation a été modifiée en raison de effets désastreux qu’elle avait sur la structure urbaine de Paris, mais la hauteur maximum n’a malheureusement pas été ramenée aux 20 mètres, Et pourtant c’est ce qui aurait été le mieux pour préserver le caractère de Paris.
Les dégâts avaient été limités, mais pas évités, car après on a continué quand-même à construire des ensembles de barres et de tours malgré les expériences ratées. Aujourd’hui vous avez la possibilité de corriger une fois pour toutes les erreurs du passé. La majorité actuelle, qui a finalement été atteinte par le discours stérile du “modernisme“, fait le contraire et propose de ressusciter la législation néfaste qui avait été abandonnée à la demande de presque tous. Elle encourage la réalisation de gratte-ciels, aussi calamiteux que la Tour de Montparnasse, et favorise le remplacement du patrimoine architectural par des “traitements architecturaux contemporains“.
Tome II, p. 38 du rapport de présentation indique que c’est depuis “les années 1960 – 1970, des îlots du centre et des faubourgs anciens, ……………. sont détruits, de même que des sites industriels, au profit de nouveaux ensembles de logements et de bureaux. Le nouvel urbanisme qui se concrétise à travers le Plan d’urbanisme directeur (PUD)5, basé sur les préceptes du mouvement moderne codifiés dans la « charte d’Athènes », va alors produire des formes urbaines très différentes, constituées de tours et de barres diversement disposées sur des espaces verts, des dalles et des parcs de stationnement à ciel ouvert.“ 
Certains d’entre vous se sont laissés convaincre que le “modernisme“ est par définition synonyme de progrès et d’innovation, alors qu’il s’agit simplement d’un style d’architecture (mouvement moderne) presque centenaire. Il est tellement ancré dans les écoles et institutions architecturales qu’il est proposé systématiquement pour tous bâtiments à construire dans n’importe quel contexte. Ainsi il y a confusion quant à l’utilisation du mot “contemporaine“ dans les textes car il est interprété par tous, y compris par les juges du Conseil d’Etat, comme indiquant “style moderne“.
Le même Tome II prévoit “une stabilisation de la population à 2,247 millions d’habitants à l’horizon 2030“. Alors il n’est nullement nécessaire d’augmenter la densité actuelle à Paris en construisant des tours et des ensembles brutaux de logements. Il faudrait simplement mieux utiliser le parc immobilier existant. Des bâtiments d’une hauteur ne dépassant pas 20 mètres ont pu accommoder une population d’environ 2,9 millions d’habitants entre 1911 et 1954. Oui, avant l’arrivée des “préceptes du mouvement moderne“. Si nous essayons de remplacer petit à petit tous ces bâtiments par ce qu’on nous propose depuis 60 ans il n’y aurait plus de raison de vouloir habiter Paris, car l’intérêt n’est pas d’habiter un point précis sur la surface de la terre mais de vivre dans un lieu agréable.
Si les PLU sont destinés à protéger le riche héritage architectural qui fait la vraie gloire de Paris, il faudrait saisir cette occasion pour enlever les mentions contradictoires qui ont provoqué l’erreur de jugement du Conseil d’Etat dans l’affaire de la Samaritaine. D’ailleurs ces textes (l’article UG.11.1.3) sont introuvables dans les 3 tomes mis à disposition pour l’enquête publique….
Il faudrait enlever d’urgence toutes les exceptions permises au nom de “traitements architecturaux contemporains“ et des “mises en œuvre innovantes“ qui donnent carte blanche à ceux qui nous ont donné depuis trop longtemps les bâtiments que nous détestons de plus en plus chaque jour. Car rien ne nous indique que ce qu’ils nous proposent aujourd’hui est mieux que ce qu’ils nous ont donné hier. Il faut juger du succès d’un bâtiment dans la durée car tout nous impressionne un peu quand il est nouveau.
Il faudrait également supprimer toutes mentions de “mimétisme architectural“ et de “pastiche“ dans les règlements qui ne veulent rien dire mais qui sont destinées à interdire toutes architectures qui ne viennent pas du “mouvement moderne“. Des véritables styles contemporains, comme le “Nouvel Urbanisme“ proposent l’utilisation sans complexe de l’architecture française comme seule solution pour préserver ou pour rétablir l’intégrité d’ensembles historiques à Paris.
Pour finir, il serait pour moi préférable de ne pas faire de distinction dans la façon de traiter les types de transformation envisageables en fonction des tissus urbains d’avant et après 1945 (p. 48 Tome II). Au lieu de transformer les quartiers d’après 1960 “dans le respect de leur caractère“ (p. 48, Tome II) il serait préférable de les traiter comme les bâtiments de la Samaritaine, côté rue de Rivoli (même manque de respect), mais de les améliorer en utilisant l’urbanisme et l’architecture français qui avaient donné tout le prestige de Paris avant la fracture délibérée et planifiée dans les années 1960.
Bien cordialement à vous,
Colum Mulhern, architecte, membre INTBAU

19/06/2015

Le Conseil d’État rejette le recours en annulation contre le permis de construire de la Samaritaine

Le Conseil d’État vient de prononcer la cassation de l’arrêt de la Cour d’Appel Administrative de Paris et juge légal le permis de construire du 17 décembre 2012 d’un immeuble en verre ondulé du projet LVMH associée à la Mairie de Paris pour la Samaritaine, rue de Rivoli.

Cette décision ouvre la porte à l’introduction de l’architecture dite « style international » et la rupture architecturale dans le coeur de Paris…

Lire le communiqué du Conseil d’État sur ce lien

Le communiqué commun de SOS Paris et SPPEF :

communiqué SOS PARIS SPPEF

 

800px-42SamaritaineMagasin3Detail

 

Rappel : arrêt de la Cour administrative d’appel de Paris du 5/01/2015 sur ce lien 

Lire aussi :

Rappel de l’affaire 

Un article de l’architecte Luc Dupont sur la Samaritaine