Posts tagged ‘SOS Paris’

08/01/2017

Les possibilités d’une Île (de la Cité)…

28/12/2016

L’Île de la Cité vivra sa « troisième époque » ?

Dans un vaste plan de marchandisation de tourisme massif du centre historique de Paris appelé « hypercentre » (authentique !), qui comprend la Canopée des Halles, les théâtres de Châtelet et de la Ville réaménagés, la Collection Pinault d’art contemporain dans le bâtiment de la Bourse de Commerce, l’Île de la Cité serait, elle aussi, « métamorphosée », transformée pour être plus précis, pour qu’elle vive sa « troisième époque ». Il s’agit bien sûr d’une redéfinition arbitraire des périodes historiques de l’urbanisme qui rappelle celle de Christian de Portzamparc pour son projet mis en oeuvre dans l’opération Paris Rive Gauche. (Depuis le siècle dernier, les oeuvres contemporains ont un besoin impératif d’un texte théorique – et autant que possible, beau- qui « justifie » leur existence).

Projet Île de la Cité par Dominique Perrault. Visuel publié sur le site de la Mairie de Paris

Visuel publié sur le site de la Mairie de Paris

Le projet devient possible avec le départ organisé des institutions présentes sur place (déménagement du Tribunal et du Quai des Orfèvres, « modification » des activités de l’Hôtel-Dieu, etc) et le nombre réduit d’habitants – propriétaires, entre autres. Le cadre historique et protégé, composé d’édifices classés, limitant la possibilité de constructions nouvelles – et « innovantes »,  c’est en grande partie au sous-sol que les aménageurs s’attaquent : le dessin d’une dalle de verre transparent laissant entrevoir le sous-sol aménagé du parvis de Notre-Dame, a déjà « fait le buzz » sur internet.

Pour justifier le besoin impératif d’une transformation de cette envergure du lieu historique, il fallait avancer des arguments critiques et pointer tous les aspects négatifs possibles : un espace délaissé…, déjà altéré par Haussmann… Leur constat :  l’île de la Cité, telle qu’elle est aujourd’hui, « n’est pas un objet patrimonial à part entière » (sic). Affirmation que si elle était annoncée dans un cadre juridique, elle aurait, faut-il croire, un poids certain…

 

cite4

 

Les Parisiens pourront d’ores et déjà …se réjouir : « Un embarcadère serait créé au pied de Notre-Dame pour développer le transport fluvial et des péniches seraient implantées pour accueillir des activités : cafés, restaurants, loisirs ».  Mais aussi, inspirés de ce qui s’est fait au Carrousel du Louvre, « Des services en sous-sol seraient installés sous le parvis de Notre-Dame : vestiaires, sanitaires, accueil du public, centre de traduction (on pense à tout), commerces. Les surfaces libérées par les services de l’État permettraient d’accueillir des start-up, du tertiaire et des logements accessibles à tous. » (Une façon nouvelle de dire « logements sociaux » ?) Enfin le public sera certainement sensible au fait qu’il y aura « des équipements de jeux pour les enfants, des cafés et des restaurants solidaires ». Oui, vous avez bien lu, c’est bien ce qui est annoncé. Il s’agit apparemment d’une délicate attention de l’État pour les plus démunis et les SDF qui ne sont pas oubliés dans ce grand aménagement.

Les travaux commenceraient progressivement, dès 2017 : réaménagement de l’espace public en surface et en sous-sols, notamment du parvis de Notre-Dame, travaux de surface « plus lourds », pour s’achever en 2040… Curieusement, c’est une exposition à la Conciergerie, à partir du 14 février prochain, qui tiendra lieu de consultation des Parisiens.

cite

La liste des 35 propositions laisse entrevoir un projet certes audacieux et visionnaire, mais oubliant sa situation au coeur historique de Paris, ignorant le caractère particulier et intemporel de notre ville, méprisant son environnement hérité, puisant son inspiration dans l’architecture dite « internationale » et l’art contemporain du siècle dernier, avec une orientation affirmée : « tourisme de masse ».

Le projet est mené par le Centre des Monuments Nationaux (forcément !) et Dominique Perrault Architecture qui en ont remis, le 16 décembre dernier, un rapport au Président de la République, François Hollande.

« Les surfaces libérées par les services de l’État permettraient d’accueillir des start-up, du tertiaire et des logements accessibles à tous. » Palais de Justice de Paris

************

Le rapport sur le projet remis à François Hollande  est à télécharger ici :

rapport-idc

Sources :

La présentation du projet Île de la Cité sur le site de la Mairie de Paris

Le site de Dominique Perrault Architecture

Lire aussi :

Notre article publié à l’annonce du projet en décembre 2015

Les 3 visuels du projet publiés ici sont proposés au téléchargement sur le site Mission Île de la Cité édité conjointement par Dominique Perrault Architecture et par Philippe Belaval – Centre des monuments nationaux, à l’exception du visuel de la Mairie de Paris. Photo du Palais de Justice de SOS Paris.

Publicités
28/12/2016

Il y a juste un an : lancement de Paris Nature Environnement

Paris Nature Environnement a été créée le 27 novembre dernier et fédère plusieurs associations parisiennes – dont SOS Paris – particulièrement actives pour prendre parti et défendre les causes environnementales et celles  de la défense d’une capitale à taille humaine, la mise en place d’une réelle concertation avec les habitants, tout en s’attaquant à l’incohérence de la surdensification à l’oeuvre dans Paris et Grand Paris.

PNE

Photo (Le Parisien) : Olivier Mansart (Asa Paris Nord Est ) à g., Christine Nedelec (SOS Paris) au c. et Agnès Popelin (Collectif Auteuil-les Princes) à d.  lors de la présentation de Paris Nature Environnement le 27 novembre 2015. 

Lire l’article…

 

23/12/2016

Contribution de SOS Paris à l’enquête publique de la ZAC Bercy Charenton

 

bercy-charenton

 

 

 

 

 

La contribution de SOS Paris à l’enquête publique concernant le projet très important de Bercy Charenton, a été rédigée par Christine Nedelec, secrétaire générale adjointe de SOS Paris, et déposée au registre de la Mairie du 12ème.

Vous pouvez lire le texte dans sa totalité sur ce lien :  http://wp.me/P2z3lR-1dZ

Extraits :

« Notre association conteste la bonne publicité faite à ces enquêtes publiques.  La procédure réglementaire telle qu’elle est conçue actuellement ne permet pas de toucher un public significatif qui n’est lui pas éduqué à ces méthodes. De grandes décisions sont donc prises à l’insu de la majorité de la population. D’ailleurs l’espace public est encombré de publicité commerciale tandis que l’information citoyenne bénéficie tout juste de quelques affiches jaunes format A4 » (…)

« D’autre part, nous estimons que des aménagements de cette envergure devraient bénéficier d’une durée d’enquête rallongée pour laisser le temps nécessaire à l’analyse de la somme des documents présentés. Une analyse technique digne de ce nom ne peut se faire dans des temps aussi courts. »  (…)

« Notre avis défavorable repose sur l’idée fondamentale que les limites actuelles de Paris nuisent au bon développement de la ville qui continue à centraliser abusivement tous les atouts économiques et culturels au détriment de sa banlieue. Il y a longtemps que les questions d’urbanisme devraient être traitées  au niveau du Grand Paris ou de la Métropole du Grand Paris. L’intelligente annexion des communes limitrophes en 1860 en est le meilleur exemple. » (…)

« Les tous récents épisodes de pollution montrent l’urgence d’agir sur le plan de la circulation, des transports mais aussi sur les concentrations humaines (20% de la pollution parisienne est due au chauffage domestique). L’avis de l’Autorité Environnementale montre une grande inquiétude à chaque paragraphe sur l’impact délétère de cet aménagement. Aussi nous vous demandons d’inclure dans votre rapport d’enquête un avis du Ministère de la Santé sur l’effet de cet aménagement Bercy Charenton sur la pollution (en prenant en compte la totalité des aménagements prévus par ailleurs pour Paris). » (…)

« Ce projet aurait pourtant pu être l’occasion d’un aménagement durable et environnemental offrant une nouvelle manière d’habiter : ici il s’agit d’un retour aux années 70 avec tours de bureaux et logements dans des nœuds de circulation sans réellement implémenter l’offre de transport déjà saturée, sans même repenser le plat de nouilles des échangeurs, portant un intéressant potentiel constructible… On aurait pu rêver comme au temps d’Haussmann d’un immense jardin intra muros complété d’équipements collectifs qui font tant défaut aux Parisiens (les équipements collectifs de cet aménagement ne sont dimensionnés que pour alimenter le nouveau quartier) et de concentrer ses efforts sur une amélioration des transports collectifs et des voies douces, au lieu d’une fuite en avant vers toujours plus d’habitants, de congestion, de pollution et de menaces environnementales avec le choix d’un urbanisme de tours. »  (…)

« Enfin, nous contestons le choix de la grande hauteur pour Paris. Il s’agit tout d’abord d’un choix anti-démocratique : ce déplafonnement accordé à certains seulement est un privilège abusif qui sera dévolu à quelques heureux élus et bien souvent au détriment du contribuable parisien (on le voit bien pour le cas de la Tour Triangle du 15e arrondissement, voir le Canard Enchaîné). Mais surtout ce déplafonnement a été décidé à l’insu et contre le gré des Parisiens : tous les sondages indiquent une opposition très majoritaire à la reprise de construction de bâtiments de grande hauteur dans Paris, depuis le questionnaire aux Parisiens de B. Delanoë en 2004 jusqu’aux récentes études de 2014 à l’occasion des municipales. »  (…)

« Plus localement, nous sommes contre la destruction du Tunnel des Artisans, les emplois si rares aujourd’hui doivent être protégés, pérennisés et conservés en l’état. »  (…)

« Lutter contre un Paris hors sol est une priorité, elle est notre seule possibilité pour lutter contre les îlots de chaleur, c’est en pleine terre que poussent les arbres. Elle devrait être une préoccupation majeure de la municipalité. De fait, les Parisiens ne supportent plus de voir leurs arbres coupés, leurs espaces de loisirs lotis, leur ciel bétonné et les transports congestionnés »  (…)

« Afin de mener à bien cette opération d’aménagement que nous souhaitons repensée en termes d’humanité, d’écologie, d’aménités et d’urbanisme à échelle humaine… »  (…)

 

Lire la totalité du textehttp://wp.me/P2z3lR-1dZ