Posts tagged ‘Stendhal’

29/03/2017

Modernité discordante

par Louis-Edmond Goupy
Dans le droit fil des conceptions haussmanniennes, les constructions des « trente glorieuses » (1950-1980) inaugurent une nouvelle architecture de rupture avec le bâti du Paris ancien. Dans le deuxième arrondissement le parcellaire préhaussmannien est resté en grande partie intact ; cependant des « dents creuses » ou des bâtiments promis à la démolition ont donné lieu à l’édification d’immeubles dont le matériau contemporain dépare – c’est le moins qu’on puisse dire – les façades homogènes auxquelles ils auraient dû s’intégrer.

Ces photographies numérotées illustrent quelques exemples :

 

 

1 – Affreuse construction remplaçant l’Hôtel des Gabelles (XVIIIème) au 1 rue Gramont.
2 – Immeuble au 65 rue de Richelieu remplaçant une maison XVIIIème où Stendhal a habité.
3 – Place de la Bourse : immeuble au coin de la rue Vivienne qui est bordée d’hôtels XVIIIème.
4 – Place de la Bourse : immeuble AFP de l’autre côté, idem.
5 – Angle rue du Mail – rue Montmartre (ancien Siège du Figaro), en face d’immeubles XVIIème.
6 – Immeuble au 25 rue d’Aboukir, en face d’immeubles XVIIème.
7 – Immeuble au 129 rue Montmartre (1994), en face d’immeubles XVIIème.
8 – Construction 1995 par les AGF défigurant le côté homogène du Boulevard des Italiens en remplaçant deux excellentes maisons du XIXème.
9 – Immeuble au 18 rue du Croissant, bordée de maisons XVIIIème et début XIXème.
10 – Immeuble au 176 rue Montmartre, inhabitable par son effet de serre, en fond de cour d’un hôtel du Bd Montmartre inscrit à l’ISMH.
11 – Immeuble au 46 rue Notre-Dame des Victoires datant de 1994, derrière la Bourse.

Publicités